Spread the love

TASS/ Mercredi, lors de conversations téléphoniques séparées avec le ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères Jeyhun Bairamov et le ministre arménien des Affaires étrangères Zograb Mnatsakanyan, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a confirmé qu’il était prêt à offrir à Moscou une plate-forme pour le règlement du conflit du Haut-Karabakh et le lieu d’une réunion trilatérale sur le Conflit du Haut-Karabakh, a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un rapport.

« Sergueï Lavrov a souligné que la Russie poursuivra ses efforts de médiation, à la fois individuellement et conjointement avec les autres coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE, visant à créer les conditions pour le règlement du conflit du Haut-Karabakh politiquement et diplomatiquement », a-t-il déclaré.

Le diplomate russe a également « confirmé qu’il était prêt à offrir la plate-forme de Moscou pour l’organisation de contacts respectifs, y compris pour la tenue d’une nouvelle réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan, de l’Arménie et de la Russie », a ajouté le ministère.

Le haut diplomate russe a également souligné la nécessité de revenir à la table des négociations dès que possible.

<< La Russie s’est déclarée gravement préoccupée par la poursuite des opérations de combat à grande échelle. Un appel a été lancé pour un cessez-le-feu rapide et une désescalade des tensions, ainsi que pour la prévention de la rhétorique provocatrice et belligérante. Il a été souligné que les parties devaient revenir à table de négociation », a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

Les tensions entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie se sont intensifiées le 27 septembre. Des combats sont en cours dans la région contestée du Haut-Karabakh. Bakou et Erevan ont déclaré la loi martiale et la mobilisation. Les deux parties au conflit ont fait état de victimes, notamment parmi la population civile. Bakou affirme avoir pris le contrôle de plusieurs villages et hauteurs stratégiques du Haut-Karabakh. Erevan nie cela et rapporte des bombardements sur son territoire.

Le conflit sur le Haut-Karabakh, un territoire contesté qui faisait partie de l’Azerbaïdjan avant l’éclatement de l’Union soviétique, mais principalement peuplé d’arméniens de souche, a éclaté en février 1988 après que la région autonome du Haut-Karabakh a annoncé son retrait du Soviet d’Azerbaïdjan. République socialiste. En 1992-1994, les tensions se sont intensifiées et ont explosé en une action militaire à grande échelle pour le contrôle de l’enclave et de sept territoires adjacents après que l’Azerbaïdjan en ait perdu le contrôle. Des pourparlers sur le règlement du Haut-Karabakh se poursuivent depuis 1992 sous l’égide du Groupe de Minsk de l’OSCE, dirigé par ses trois coprésidents – la Russie, la France et les États-Unis.

Leave A Reply