Spread the love

Malgré les intimidations de la police et les agressions des bandes de voyous microbes, les ivoiriens ont répondu présent au stade Félix Houphouët Boigny, ce samedi 10 octobre, pour dire non à la dictature et au troisième mandat du président sortant Alassane Ouattara.

A cette occasion, l’ancien Premier Pascal Affi N’Guessan, a déclaré lors du meeting de l’opposition politique ivoirienne que le mot d’ordre de désobéissance civile lancé il y a peu a un objectif bien précis.

Il s’agit selon lui d’obtenir à terme une transition politique. « La désobéissance civile vise à obtenir une transition politique pour relever la Côte d’Ivoire », révèle-t-il.

Et d’ajouter : « Nous sommes là, parce que Ouattara a dépassé les bornes de la violence, du mensonge, de l’ingratitude, de la manipulation…Là où c’est bouclé, nous allons couper, là ou c’est calé nous allons décaler », a-t-il martelé

Pour sa part, Amon-Tanoh, a invité les Ivoiriens à ne plus reculerons face au président sortant Alassane Ouattara.

« Aucun Ivoirien ne ferait à son frère ivoirien ce que Alassane Ouattara fait aux Ivoiriens. Nous sommes prêts à mourir pour notre pays. Nous ne reculerons plus. Nous en avons marre. Dites lui de libérer notre pays » a déclaré Marcel Amon-Tanoh depuis le stade Félix Houphouët-Boigny.

A son tour, le Président Fondateur de LIder, Mamadou Koulibaly a présenté le président sortant comme le diviseur des ivoiriens lors du meeting de l’opposition au stade Félix Houphouët Boigny

« C’est l’art d’Alassane Ouattara : diviser pour régner. Aujourd’hui, c’est le peuple de Côte d’Ivoire qu’il veut diviser pour instaurer son règne à lui. Pour cela, il a imposé de nouvelles règles anticonstitutionnelle pour ces élections dans le but de nous diviser en éjectant plusieurs candidats dont moi-même mais le Président Henri Konan Bédié, le Président Pascal Affi N’Guessan ont compris et ont dit Non à cette nouvelle forfaiture. C’est son art: diviser pour régner ! Mais un peuple uni, jamais ne sera vaincu ! Un peuple uni, jamais ne sera vaincu ! Un peuple uni, jamais ne sera vaincu ! », a-t-il souligné.
En conclusion,le Président de l’UDPCI,  Mabri Toikeusse a profité  de l’occasion pour répondre au Premier ministre, Hamed Bakayoko, sans le nommer .
 » J’ai entendu quelqu’un dire que leur camp a déjà gagné le match parce qu’ils ont les meilleurs joueurs. je voudrais lui dire qu’on se connaît, on sait qui sait jouer. On sait qui est milieu de terrain, qui est attaquant. Nous le voyons venir. Quand on est dans une certaine fonction, il y a des discours qu’on ne tient pas comme si on était dans un cabaret. », a-t-il indiqué

Détails à suivre.

 

 

Leave A Reply