Spread the love

Le président russe Vladimir Poutine et son collègue turc Recep Tayyip Erdogan ont discuté de la situation autour du conflit du Haut-Karabakh lors d’un appel téléphonique mercredi, a informé le service de presse du Kremlin des résultats des pourparlers entre les dirigeants des deux pays.

« Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan ont appelé à l’activation du processus politique, notamment sur la base des progrès réalisés au sein du Groupe de Minsk de l’OSCE », a informé le Kremlin. Les deux parties ont réaffirmé l’importance d’un cessez-le-feu humanitaire conclu le 10 octobre à Moscou.

Vladimir Poutine a également exprimé sa vive préoccupation concernant la participation de militants du Moyen-Orient aux hostilités au Haut-Karabakh.

<< Ils ont souligné la nécessité urgente d’efforts solidaires dans le but de mettre un terme à l’effusion de sang le plus rapidement possible et de progresser vers une réglementation pacifique de la question du Haut-Karabakh. Ils ont exprimé l’espoir que la Turquie, en tant que membre de l’OSCE Minsk Group, apportera une contribution constructive à la désescalade des conflits », informe le message.

Notons que le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a discuté avec son homologue russe, Vladimir Poutine  de la situation en Syrie et en Libye. C’est ce qui ressort d’un entretien téléphonique entre les deux présidents. Lors de cet entretien, Erdogan a affirmé à Poutine que la Turquie est en faveur d’une solution permanente concernant la question du Haut-Karabakh.

Pour rappel, de nouveaux affrontements entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie ont éclaté le 27 septembre, avec d’intenses batailles faisant rage dans la région contestée du Haut-Karabakh. La région a connu des flambées de violence à l’été 2014, en avril 2016 et en juillet dernier. L’Azerbaïdjan et l’Arménie ont imposé la loi martiale et lancé des efforts de mobilisation. Les deux parties au conflit ont signalé des victimes, parmi lesquelles des civils.

Le conflit sur le Haut-Karabakh, un territoire contesté qui faisait partie de l’Azerbaïdjan avant l’éclatement de l’Union soviétique, mais principalement peuplé d’arméniens de souche, a éclaté en février 1988 après que la région autonome du Haut-Karabakh a annoncé son retrait du Soviet d’Azerbaïdjan. République socialiste. En 1992-1994, les tensions se sont intensifiées et ont explosé en une action militaire à grande échelle pour le contrôle de l’enclave et de sept territoires adjacents après que l’Azerbaïdjan en ait perdu le contrôle. Des pourparlers sur le règlement du Haut-Karabakh sont en cours depuis 1992 sous l’égide du Groupe de Minsk de l’OSCE, dirigé par ses trois coprésidents – la Russie, la France et les États-Unis.

New Africa avec Tass

Leave A Reply