Spread the love

Le roi d’Arabie saoudite Salman bin Abdulaziz Al Saud a exhorté le monde jeudi à prendre «une position décisive» pour aborder les efforts de l’Iran pour développer des programmes de missiles nucléaires et balistiques, dans son discours annuel devant l’organe consultatif du gouvernement.

«Le royaume souligne les dangers du projet régional de l’Iran, son ingérence dans d’autres pays, sa promotion du terrorisme, son allumage des flammes du sectarisme et appelle à une position décisive de la communauté internationale contre l’Iran qui garantit une gestion drastique de ses efforts pour obtenir armes de destruction massive et développer son programme de missiles balistiques », a déclaré le roi.
Ce sont les premières remarques publiques du dirigeant de 84 ans depuis qu’il s’est adressé à l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre par vidéoconférence, où il a également pris pour cible l’Iran condamnant son « expansionnisme ». L’Arabie saoudite à majorité musulmane sunnite et l’Iran dominé par les chiites sont enfermés dans plusieurs guerres par procuration dans la région, y compris au Yémen, où une coalition dirigée par l’Arabie saoudite combat le mouvement Houthi aligné à Téhéran depuis plus de cinq ans.

Il n’y a pas eu de réaction immédiate de l’Iran aux remarques du roi. Téhéran a décrit les remarques du roi à l’ONU comme des «allégations sans fondement» et a nié les groupes d’armement au Moyen-Orient.

L’agence de presse d’État SPA a publié une transcription complète du discours du roi après minuit et la télévision d’État a diffusé des photos de ce qui semblait être le roi s’adressant aux membres du conseil par vidéoconférence depuis son palais de Neom.

Les tensions se sont intensifiées dans la région depuis que le président des États-Unis, Donald Trump, a retiré les États-Unis d’un accord nucléaire historique avec les puissances mondiales en 2018 et a réimposé des sanctions économiques strictes contre la République islamique.
La relation que Trump partage avec le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) avait fourni un tampon contre les critiques internationales sur le bilan des droits de Riyad provoquées par le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, le rôle de Riyad dans la guerre au Yémen et la détention de femmes militantes.

Lire la suite sur AL JAZEERA

Leave A Reply