Spread the love

(Lusa) – Le Secrétaire général des Nations Unies (ONU), le Portugais António Guterres, a appelé aujourd’hui les différentes parties impliquées dans le conflit en Éthiopie à saisir «l’opportunité vitale» de la médiation, à « résoudre pacifiquement le conflit »au Tigré.

M. Guterres a salué « la rencontre organisée aujourd’hui entre le Premier ministre [éthiopien] Abiy Ahmed et les envoyés spéciaux de l’Union africaine », a indiqué un communiqué publié sur le site Internet du bureau du porte-parole du secrétaire général de l’ONU.

Le Secrétaire général des Nations Unies « exhorte les parties [impliquées dans ce conflit] à saisir cette occasion vitale de résoudre le conflit pacifiquement », poursuit la note.

Cependant, il est également nécessaire de garantir que «la protection des civils, les droits de l’homme et l’accès à l’assistance humanitaire pour les zones touchées», rappelle António Guterres.

La communauté internationale, y compris le Secrétaire général de l’ONU et de l’Union européenne, a exprimé sa vive préoccupation au sujet du conflit et de son impact humanitaire, tout en insistant sur les appels au dialogue.

Abiy Ahmed, lauréat du prix Nobel de la paix en 2019, a rejeté ce qu’il appelle «tout acte d’ingérence indésirable et illégal», affirmant que son pays gérerait seul le conflit.

Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), plus de 43 000 réfugiés ont quitté la région pour le Soudan et près de 100 000 réfugiés érythréens dans les camps du nord du Tigré ont été exposés aux lignes de tir.

Des organes indépendants ont signalé le massacre d’au moins 600 civils.

La communauté internationale, y compris le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, et l’Union européenne, a exprimé sa vive préoccupation au sujet du conflit et de son impact humanitaire, tout en insistant sur les appels au dialogue.

Abiy Ahmed, lauréat du prix Nobel de la paix en 2019, a rejeté ce qu’il appelle «tout acte d’ingérence indésirable et illégal», affirmant que son pays gérerait seul le conflit.

Le Soudan est l’un des pays les plus pauvres du monde et compte plus d’un million de réfugiés sur son territoire.

La crise au Tigray survient à un moment où le Soudan traverse une transition difficile depuis la destitution en avril 2019 de l’ancien président soudanais Omar el-Béchir.

Actuellement dirigées par un gouvernement de transition, les autorités soudanaises cherchent à reconstruire l’économie du pays, entravée par des décennies de sanctions des États-Unis d’Amérique, qui ont isolé le Soudan de la communauté internationale et interdit l’accès au soutien financier des institutions internationales, une mauvaise gestion publique et les conflits armés sous la direction d’Al-Bashir.

Outre ces facteurs, le Soudan a fait face cette année à de graves inondations dans une grande partie du pays et, comme le reste du monde, à la pandémie de covid-19, une maladie causée par le nouveau coronavirus.

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com