Spread the love

Des ivoiriens (civils et militaires) sont détenus arbitrairement depuis plus de 10 ans. A cause des conditions de détention inhumaines, des tortures, certains ont trouvé la mort quand d’autres ont simplement disparu. Mais manifestement, il en faut plus pour étancher la soif de répression du régime de Monsieur Alassane Dramane Ouattara qui continue la chasse aux ivoiriens.

Les faits

L’escalade dans la dictature inquiète depuis longtemps et bien plus davantage ces derniers temps. En effet, pendant qu’il vaquait tranquillement, le 26 novembre 2020 à ses occupations, Monsieur Paulin Yves AGUEDE, opérateur économique, Secrétaire général adjoint de la fédération du Front Populaire ivoirien (FPI) de Cocody a été convoqué au commissariat du 18è arrondissement. Respectueux de l’ordre républicain et n’ayant rien à se reprocher, Monsieur Paulin Yves AGUEDE a répondu à la convocation.

A sa grande surprise, il a été gardé à vue et après quelques jours, déféré à la Préfecture puis à la MACA. Comme cet opérateur économique, de nombreux de toutes les contrées du pays font l’objet de chasse aux sorcières qui se terminent hélas dans des enlèvements.

Ainsi de nombreux jeunes enlevés, arrachés sans ménagement à leur famille, sont en détention dans les prisons du régime. C’est le cas dans le District de Yamoussoukro, dans les villages de Zata, Bonzy, Abouakouassikro, Seman, Morofé… ; c’est le cas dans le département de Toumodi dans les villages d’Abli, Mougnan, Totokouassikro, Pokoukro, Wawakro… ; c’est le cas dans le département de Bongouanou et M’batto, à plus forte raison à Daoukro où l’escalade dans la dérive a atteint le summum, et dans bien d’autres régions du pays.Notre Analyse

L’OFFPI constate qu’en dépit de ce que des ivoiriens civils et militaires sont en prison depuis plus de 10 ans, le pouvoir RHDP continue les dérives. Ainsi, les atteintes aux droits humains, les violences contre le droit à la vie connaissent une escalade sans précédent.

L’OFFPI dénonce

L’OFFPI s’étonne que les criminels qui ont tué, décapité des personnes innocentes ne soient pas arrêtés, ni même inquiétés. Et qu’en revanche les ivoiriens ayant manifesté pacifiquement en vertu de leur droit constitutionnel soient recherchés, traqués, enlevés et emprisonnés. Le cas du jeune N’Guessan Koffi Toussaint décapité à Daoukro, dont la tête séparée du corps a servi de ballon de football aux miliciens de Monsieur Ouattara est une illustration inédite qui discrédite à jamais l’humanité des dirigeants ivoiriens.

La position de l’OFFPI

L’OFFPI dénonce les arrestations injustes et arbitraires perpétrées avant, pendant et après le 31 octobre 2020 ;

L’OFFPI fait remarquer que Monsieur Alassane Dramane Ouattara garde en détention, de nombreux ivoiriens civils et militaires, depuis son accession au pouvoir en avril 2011 ; L’OFFPI tient pour seul responsable des ivoiriens morts en détention, le pouvoir illégal RHDP;

L’OFFPI condamne avec la dernière énergie les dérives totalitaires du pouvoir du RHDP et la forfaiture au sommet de l’Etat;

L’OFFPI exige l’arrêt des procédures illégales menées contre les responsables et militants de l’opposition ;

L’OFFPI exige la libération sans condition de Gballet Pulchérie, Anne-Marie Boniffon et de toutes les femmes détenues sans fondement ;

L’OFFPI exige la libération sans condition de Paulin Yves AGUEDE, Etienne M’ponon, de Justin Koua et de tous les hommes emprisonnés de façon injustifiée ;

L’OFFPI adresse toutes ses condoléances aux parents des ivoiriens morts en détention et exprime son profond soutien pour tous ceux qui croupissent encore en prison par la volonté du pouvoir RHDP

Fait à Abidjan, le 15 décembre 2020

Pour l’OFFPI Marie-Odette LOROUGNON

Secrétaire nationale Vice-présidente du FPI

 

Leave A Reply