Spread the love

(ENA) La Banque mondiale a annoncé qu’elle prévoyait d’investir plus de 5 milliards USD au cours des cinq prochaines années pour aider à restaurer les paysages dégradés, améliorer la productivité agricole et promouvoir les moyens de subsistance dans 11 pays africains sur une bande de terre s’étendant du Sénégal à Djibouti.

 

L’investissement de plus de 5 milliards USD soutiendra l’agriculture, la biodiversité, le développement communautaire, la sécurité alimentaire, la restauration des paysages, la création d’emplois, les infrastructures résilientes, la mobilité rurale et l’accès aux énergies renouvelables dans les pays du Sahel, du lac Tchad et de la corne de l’Afrique, c’était appris.

Le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass, a annoncé cet investissement lors du One Planet Summit, une réunion de haut niveau co-organisée avec la France et les Nations Unies, qui portait sur la lutte contre le changement climatique et la perte de biodiversité.

Il a déclaré que l’investissement financier «aidera à améliorer les moyens de subsistance à mesure que les pays se remettront du COVID-19 tout en traitant également l’impact de la perte de biodiversité et du changement climatique sur leurs populations et leurs économies.

Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a souligné les avantages de l’investissement financier, ajoutant que «la restauration des écosystèmes naturels dans les terres arides d’Afrique profite à la fois aux populations et à la planète».

Le Groupe de la Banque mondiale est le plus grand bailleur de fonds multilatéral des investissements climatiques dans les pays en développement.

En décembre 2020, elle a annoncé un nouvel objectif ambitieux de 35% de ses financements pour avoir des co-bénéfices climatiques, en moyenne, au cours des cinq prochaines années.

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com