Spread the love

La CEI a rencontré les partis et groupements politiques, ainsi que la société civile, le jeudi 14 janvier 2021. Au sortir de cette réunion, Tchéidé Jean Gervais, Vice-Président de la plateforme EDS,  chargé des question électorales, s’est entretenu avec les journalistes.

Répression de la marche du 22 mars : Amnesty international exige la libération des détenus et une poursuite contre des policiers - Linfodrome

« Nous avons réitéré nos appréhensions, nos préoccupations qui ont été exprimées par un courrier que le président Henri Konan Bédié, au nom de la coalition a adressé au président de la CEI. Dans ce courrier, il a conformément à ce qui a été dit lors du dialogue politique, les questions qui relèvent de la CEI, nous les avons soulignées pour le jeu électoral qui arrive soit transparent. Notamment la question du découpage électorale, auquel nous souhaitons vraiment que nous revoyons les disparités trop criardes et que nous allions à une amélioration  tout en préservant les acquis. Nous avons aussi soulevé la question de la liste électorale pour laquelle soit une révision, soit une audit serait le bienvenue parce qu’il y a quand même des choses a revoir sur cette liste électorale, de notre point de vue.  Nous avons parlé des questions de PV, les procès verbaux de dépouillement et nous avons aussi parlé du vote du personnel d’astreint. Qui pour notre point de vue n’a pas à voter pour les élections législatives. Nous avons aussi réitéré notre soucis de voir le gouvernement, notamment la CEI proposer au regard des délais trop étriqués qui pour les élections à venir demandent la possibilité d’un report, parce qu’aujourd’hui, nous allons aux pas de course à ces élections, et il y a fort à parier qu’on va terminer essoufflés et qu’il y aura des difficultés. Le délai imparti est trop court et nous avons pensé qu’on pourrait examiner la possibilité d’un report, mais évidemment l’argument qui nous est opposé, c’est celui du respect des délais constitutionnel. Nous avons répondu que la constitution elle-même prévoit la possibilité que les députés encourent en exercice, reste en fonction jusqu’aux nouvelles élections. Si on s’entend, on peut très bien fixer la date des élections à une date qui convient à tout le monde, qui nous permet de régler les questions. On a souhaité un report, la CEI a répondu en disant que pour le moment c’est un peu difficile. Comme le calendrier est un calendrier indicatif, on espère que si nous poursuivons les entretiens avec les pouvoirs publics, avec le gouvernement, on pourrait faire valoir les arguments qui militent en faveur d’un report.   Je rappelle que l’opposition dans son exemple, a décidé d’aller aux élections. Comme on n’est pas dans une logique d’affrontement, et de confrontation, de belligérance. Bien, on appelle toujours au dialogue et on met en avant, les préoccupations qui sont les nôtres pour qu’on les examine ensemble, pour qu’on voit ensemble, qu’est ce qu’on peut régler maintenant pour rendre le jeu électoral transparent et qu’est ce qui peut être régler plus tard. Tout ce qui peut être réglé maintenant de notre point de vue, nous l’avons exprimé et il appartient au parti de faire en sorte que les élections se fassent de façon apaisée, c’est ce que nous souhaitons.»

Kouyo Innocent

Leave A Reply