Spread the love

INTERFAX.RU – L’administration américaine a promulgué le décret du président Joe Biden, selon lequel le Trésor et le département d’État américain imposeront des sanctions contre les personnes associées au coup d’État militaire au Myanmar.

«Moi, Joseph Biden, président des États-Unis d’Amérique, je pense que la situation en Birmanie et à l’égard de la Birmanie ( Myanmar – FI ), et en particulier le coup d’État du 1er février 2021, au cours duquel l’armée a renversé le gouvernement civil démocratiquement élu de la Birmanie … représente une menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis », – dit le document publié par la Maison Blanche.

Selon le décret, des sanctions seront introduites à l’encontre de «toute personne étrangère identifiée par le ministre des Finances en concertation avec le secrétaire d’État». Des mesures seront également prises contre les personnes associées à l’industrie de la défense du Myanmar, contre les manifestants; des sanctions sont également envisagées contre les commandants de l’armée et de la sécurité au Myanmar.

Le décret Biden appelle à l’imposition de sanctions pour toute action qui mine le processus démocratique et menace la paix et la stabilité au Myanmar.

Les sanctions prévoient le gel des biens et de tous les avoirs qui appartiennent à ces personnes et « qui sont sous administration américaine » ou qui entrent par la suite « en possession ou sous le contrôle d’une personne aux États-Unis ».

Selon le document, il est interdit «la mise à disposition de fonds, de biens ou de services par toute personne en faveur ou dans l’intérêt de toute autre personne dont les biens et intérêts sont bloqués conformément à ce décret». Il est également interdit de recevoir des fonds, des biens ou des services des personnes susmentionnées.

À la veille de Biden, a déclaré que Washington prendrait des mesures pour refuser aux dirigeants du coup d’État militaire l’accès aux fonds gouvernementaux au Myanmar d’un montant de 1 milliard de dollars, qui sont administrés par les États-Unis.

Un coup d’État militaire a eu lieu au Myanmar le 1er février. Le commandant en chef des forces armées, Min Aung Hleinu, a consolidé les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire entre ses mains, et le vice-président Mint Shwe a été nommé président par intérim.

L’armée a déclaré l’état d’urgence pendant un an et a détenu la conseillère d’État du Myanmar Aung San Suu Kyi, le président Vin Myin et d’autres hauts fonctionnaires pour « truquer les élections » le 8 novembre 2020.

Les événements du Myanmar ont suscité une condamnation internationale. Un certain nombre de pays, en particulier les États-Unis, l’Australie, la Grande-Bretagne, ainsi que les autorités de l’UE et les dirigeants de l’ONU, ont appelé l’armée à libérer les responsables détenus et à respecter les résultats des élections.

 

 

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com