Spread the love

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont anéanti, dimanche 14 février, après deux heures de combat, le mouvement sécessionniste Bakata-Katanga qui a attaqué simultanément, vers 4 heures du matin, le camp Kimbembe de la Garde républicaine et le camp Kibati du bataillon « Défense » de la 22eme région militaire à Lubumbashi, annonce l’état-major général des FARDC dans un communiqué reçu à l’ACP.

Selon le communiqué signé par le commandant adjoint du Service de communication et d’information des forces armées (SCIFA), le général de brigade Sylvain Ekenge Bomusa, l’intention manifeste des assaillants était de s’emparer des armes et d’assiéger la ville de Lubumbashi.

Malheureusement pour ces hors-la-loi, leur aventure a été anéantie par les forces de défense et de sécurité de la RDC, souligne la source qui précise qu’à l’heure actuelle, les assaillants sont en débandade et les activités ont repris normalement.

Le ratissage se poursuit et toutes les dispositions ont été prises pour sécuriser la ville de Lubumbashi, les populations et leurs biens, Indique encore la source qui ajoute que les FARDC appellent la population au calme, à rester vigilante et à dénoncer toute présence suspecte.

Le bilan de cette attaque se présente, selon la source, de la manière ci-après : 12 rebelles Bakata-Katanga neutralisés dont 5 capturés. Les FARDC ont également récupéré 7 armes individuelles AK 47, 4 armes collectives PKM, une lance-roquettes RPG 7, des bombes, des chargeurs, des armes blanches, 1 appareil photo et 5 téléphones.

Cette attaque a malheureusement coûté la vie à 3 militaires et à 1 enfant de militaire. En outre, 5 autres militaires, 1 policier, 4 épouses et 1 enfant de militaire ont été blessés.

 

 

Leave A Reply