Spread the love

(ENA) L’Éthiopie a répudié la déclaration publiée par les ministres des Affaires étrangères du G7 le 2 avril 2021 concernant la situation dans l’État régional du Tigray.

Dans un communiqué de presse publié, le ministère des Affaires étrangères a déclaré que le communiqué ne rendait pas compte des mesures importantes prises par le gouvernement éthiopien pour répondre pleinement aux besoins urgents du Tigré.

Le communiqué a ajouté que le Gouvernement éthiopien avait continué d’intensifier ses efforts pour faire face à la situation dans la région du Tigray et avait fait d’énormes progrès depuis que les mesures d’application de la loi ont abouti.

Bien que ces développements positifs aient été reconnus et soient visibles pour tous, la déclaration publiée par les ministres des Affaires étrangères du G7 le 2 avril 2021 n’a pas réussi à saisir certaines des mesures importantes prises pour garantir que les besoins urgents de la région processus d’être pleinement abordé sur tous les fronts.

L’accès sans entrave à l’aide humanitaire, y compris aux médias internationaux, a maintenant été pleinement accordé et une enquête conjointe sur les violations des droits de l’homme par des experts internationaux des droits de l’homme a également été autorisée et commencera bientôt.

Malgré ces mesures, les ressources qui auraient dû être collectées auprès de la communauté internationale pour relever les défis humanitaires et de développement restent bien trop faibles, a noté le communiqué.

Selon la déclaration, la mobilisation des ressources adéquates devrait donc être la tâche la plus prioritaire si l’on veut relever pleinement et en temps opportun les défis de la région.

Comme annoncé la semaine dernière, les troupes érythréennes qui avaient traversé la frontière lorsqu’elles étaient provoquées par le TPLF ont maintenant commencé à évacuer et les forces de défense nationale éthiopiennes ont repris la garde de la frontière nationale.

L’Administration intérimaire, en collaboration avec le gouvernement fédéral, a également travaillé sans relâche pour être en mesure de ramener la structure de gouvernance de la région à son plein fonctionnement, le système étant désormais mis en place dans l’unité administrative la plus basse.

Il a été clairement indiqué à la communauté internationale que le gouvernement éthiopien a fait de son mieux pour atteindre plus de 4,2 millions de personnes alors que l’approvisionnement en provenance des partenaires internationaux est bien inférieur au tiers des besoins.

Par conséquent, alors que l’honnêteté du gouvernement fédéral éthiopien apprécie les préoccupations exprimées, il est déjà trop évident que l’approvisionnement en aide alimentaire et médicale doit être au cœur des expressions de préoccupations.

Leave A Reply