Spread the love

Candidat à sa propre succession,  Denis Sassou N’Guesso a obtenu 1 539 725 voix, soit 88, 40 % de suffrages exprimés, remportant ainsi l’élection dès le 1er tour, selon les résultats définitifs proclamés le 6 avril par la Cour constitutionnelle.

Les résultats définitifs connaissent, en effet, une légère baisse par rapport aux résultats provisoires publiés le 23 mars dernier par le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation qui donnaient Denis Sassou N’Guesso vainqueur avec 88,57%. Comme en 2016, le président réélu est suivi de Guy Brice Parfait Kolelas, décédé le lendemain du scrutin qui a obtenu 138 561 voix, soit 7,96 %. Mathias Dzon arrive en troisième position avec 33 497 voix, soit 1, 92%. Joseph Kignoumbi Kia-Mboungou a, quant à lui, obtenu 10 718 voix, soit 0,62% devançant ainsi Dave Uphrem Mafoula 9 143, soit 0,52%. Albert Oniangué 6 977 voix, soit 0,40% et Anguios Nganguia Engambé 3 157 voix, soit 0,18%. Le taux de participation est de 67%.

Avant de rendre publics les résultats définitifs de l’élection présidentielle des 17 et 21 mars derniers, le juge du contentieux électoral a délibéré sur les trois recours en annulation déposés respectivement par Mathias Dzon, Christian Mozoma et Jean-Jacques Serge Yhomby-Opango. En effet, les requêtes du candidat malheureux Mathias Dzon, représenté par Me Benoît Bingoudi, et de l’instituteur à la retraite Christian Mozoma ont été jugés irrecevables par manque de certaines pièces.

Si le premier contestait les résultats provisoires proclamés par le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation en appelant à l’annulation et au report de l’élection, le second a interpellé la Cour constitutionnelle qui devrait, selon lui, veiller au respect de la Constitution. D’après lui, la Cour constitutionnelle pouvait s’autosaisir sur le cas Guy Brice Parfait Kolelas pour prononcer le report de l’élection présidentielle.

Déclarée recevable, la requête de Jean Jacques Serge Yhomby-Opango relative au report du scrutin a été ensuite rejetée par la Cour, estimant, entre autres, que celle-ci devait être formulée avant le 21 mars, date du premier tour de l’élection présidentielle.

Avec adiac

Leave A Reply