Spread the love

Face aux rumeurs et autres supputations suscitées sur la récente attaque de la base militaire qui abrite le bataillon pilote Projetable à N’Dotré, dans la nuit du 20 au 21 avril dernier, le Colonel Boubacar Sakho, Porte-parole des Armées et le Magistrat Contre-Amiral Ange Kessi Kouamé Bernard, Commissaire du gouvernement, étaient sur le plateau du journal télévisé de 20 heures du 22 avril 2021. Ils ont tenu à faire une mise au point de la situation sécuritaire qui prévaut et rassurer les populations que les enquêtes sont actuellement en cours afin de connaitre les commanditaires de cette attaque.

"Il ne s’agit pas d’attaque djihadiste, mais d’assaillants venus d'ailleurs" (Contre-Amiral Ange Kessi Kouamé Bernard)

En effet, après l’attaque de la base militaire, des machettes neuves, des documents d’identité et des contrats ont été présentés comme ceux saisies sur les assaillants. Sans tarder, certains internautes ont douté de la sincérité de l’attaque au regard du mode opératoire. Ange Bernard Kessi Kouamé a rejeté en bloc toutes ces spéculations.

Selon lui, « au moment où on prenait les corps, les portables qui appartenaient à ces assaillants crépitaient. Les numéros qui s’affichaient étaient en prévenance du Libéria. Cependant, nous n’avons pas répondu aux appels. En nous appuyant sur ces faits, nous nous sommes dit que ces numéros qui viennent du Libéria appartiennent à des personnes qui ont certainement leur base.

Leurs amis appelaient certainement savoir où ils en sont et pour savoir la suite de l’opération. Sur le champ, nous ne pouvions pas prendre les appels parce qu’il y a des mesures conservatoires que les enquêteurs ramènent. Dans la déontologie des enquêteurs, il y a des choses qu’on fait et des choses qu’on ne fait pas ».
Nous avons deux certitudes: La première est que ce sont des gens qui ne sont pas venus pour s’amuser. Ils sont venus pour tuer. La deuxième certitude, il ne s’agissait pas de Djihadistes. C’est un groupe de personne en provenance du Libéria. Car sur les quatre, trois proviennent du Libéria », a-t-il tranché.

"Il ne s’agit pas d’attaque djihadiste, mais d’assaillants venus d'ailleurs" (Contre-Amiral Ange Kessi Kouamé Bernard)

A la question de savoir s’il ne s’agit pas d’une simulation, Ange Kessi est catégorique. « Au vu des appels que nous avons reçu, ce groupe vient du Libéria. Je suis enquêteur, juriste, magistrat; je ne suis pas politique. Donc les gens ne peuvent pas s’amuser à dire que c’est des personnes que nous avons monté ici. Je ne m’engage pas sur ce terrain. Ce sont des gens qui sont bien organisés ».

« Le chef de corps a essuyé des tirs. On ne peut pas monter un coup pour tuer nos hommes. Soyons un peu réfléchi. Le chef de corps a manqué de mourir. Arrêtons de dire que nous avons monté un coup. Ce n’est pas possible », a martelé le Commissaire du Gouvernement.

Leave A Reply