Spread the love

TASS /. Moscou est prête à continuer à aider à résoudre la situation à la frontière entre le Kirghizistan et le Tadjikistan, a déclaré samedi le ministère russe des Affaires étrangères après des conversations téléphoniques entre le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avec le ministre des Affaires étrangères du Kirghizistan Ruslan Kazakbaev et le ministre des Affaires étrangères du Tadjikistan et Sirojiddin Mukhriddin. Les parties ont discuté de la situation résultant des affrontements armés à la frontière des deux pays.

« La Russie est prête à continuer à fournir toute l’assistance nécessaire à ce processus conformément aux principes de partenariat stratégique et d’alliance avec le Kirghizistan et le Tadjikistan », a déclaré le ministère.

Lavrov a également salué les accords des parties sur un règlement à la frontière kirghize-tadjik. « La Russie se félicite des accords conclus par les parties – conformément aux instructions des dirigeants du Kirghizistan et du Tadjikistan – des accords sur le règlement du conflit exclusivement par des moyens politiques et diplomatiques », a déclaré le ministère.

Le ministère a ajouté que la Russie espère que « le Kirghizistan et le Tadjikistan respecteront strictement leurs engagements dans l’intérêt d’une normalisation complète de la situation et du rétablissement d’une atmosphère de confiance et de relations de bon voisinage entre les deux peuples frères ».

Le ministère russe des Affaires étrangères a indiqué que les pourparlers avaient eu lieu à l’initiative de la partie russe.

La situation à la frontière entre le Tadjikistan et le Kirghizistan, près de l’installation de prise d’eau de Golovnoy, s’est aggravée le 28 avril, après que des affrontements ont éclaté entre les résidents des zones frontalières des deux pays. Le 29 avril, des escarmouches armées entre militaires kirghizes et tadjiks ont éclaté. Le Kirghizistan a accusé le Tadjikistan d’utiliser des mortiers, des mitrailleuses et des hélicoptères militaires Mi-24. Dans la soirée du 29 avril, les parties ont convenu d’un cessez-le-feu et du retrait des troupes, mais les hostilités se sont poursuivies périodiquement dans certains endroits jusqu’au 1er mai.

 

 

 

Leave A Reply