Spread the love

TASS /. Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a appelé mardi à obliger Moscou à honorer ses engagements internationaux.

« Nous devons travailler ensemble pour dénoncer le comportement de la Russie, tenir la Russie responsable de ses actions et faire pression sur Moscou pour qu’elle respecte ses engagements et obligations internationaux », a écrit Blinken dans un message sur Twitter.

Le porte-parole du Département d’État américain, Ned Price, a retweeté le message avec le message suivant: « La Russie doit respecter ses engagements au titre des accords de Minsk et travailler de bonne foi pour mettre fin au conflit dans l’est de l’Ukraine. Elle doit également mettre fin à son occupation illégale de la Crimée. »

La Russie a exprimé à plusieurs reprises son attachement aux accords de Minsk de 2015, affirmant qu’ils restent la seule option disponible pour un règlement pacifique du conflit interne en Ukraine. En outre, Moscou a souligné à de nombreuses reprises qu’elle n’était pas partie au conflit du Donbass et était favorable à la mise en œuvre pleine et inconditionnelle de l’accord de Minsk, qu’elle avait signé en tant que médiateur dans le processus de paix.

Les efforts visant à trouver une solution pacifique au conflit dans le Donbass sont fondés sur les accords de Minsk, qui comprennent notamment des mesures visant à déclarer un cessez-le-feu, à retirer les armes, à déclarer l’amnistie, à rétablir les liens économiques et à mener une réforme constitutionnelle en Ukraine par le biais d’un dialogue avec le Donetsk autoproclamé. et les Républiques populaires de Lougansk (DPR, LPR), visant à décentraliser le pouvoir et à accorder un statut spécial à certains districts des régions de Donetsk et de Lougansk. Cependant, le processus de négociation est en fait bloqué en raison du refus de Kiev de respecter les dispositions politiques des accords de Minsk.

Aucune des dispositions politiques n’a été respectée, y compris la réforme constitutionnelle et l’adoption de lois sur le statut spécial et les élections locales dans le Donbass. Au lieu de cela, Kiev exige que la RPD et la LPR cèdent leur contrôle sur certaines sections de la frontière russo-ukrainienne, ignorant le fait que, selon les accords de Minsk, cela ne devrait se produire qu’après les élections locales. En outre, Kiev hésite à établir un dialogue direct avec la DPR et la LPR. La partie ukrainienne a également refusé d’appliquer la disposition relative à l’amnistie et poursuit son blocus économique du Donbass.

Après le coup d’État en Ukraine en février 2014, la Crimée et Sébastopol ont organisé un référendum au cours duquel 96,7% des Criméens et 95,6% des électeurs de Sébastopol ont choisi de faire sécession de l’Ukraine et de rejoindre la Russie. Le président russe Vladimir Poutine a signé l’accord de réunification le 18 mars 2014, que le Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) a ratifié le 21 mars 2014. Malgré les résultats convaincants du référendum, Kiev a refusé de reconnaître la Crimée comme faisant partie de la Russie .

 

 

 

Leave A Reply