Spread the love

(ENA) Le ministre d’État des Affaires étrangères, Redwan Hussien, a eu un briefing jeudi avec les ambassadeurs des membres du Conseil de paix et de sécurité de l’ONU et des pays d’Amérique du Sud résidant en Éthiopie sur des questions critiques dans le pays.

Dans son exposé sur la situation au Tigré, l’Ambassadeur Redwan a déclaré que le gouvernement avait fait des progrès significatifs pour répondre à bon nombre des préoccupations de la communauté internationale.

À cet égard, il a déclaré que la question de l’accès à l’aide humanitaire a été correctement traitée avec le système de notification qui est maintenant en place.

Certaines des zones de poche qui étaient inaccessibles sont maintenant atteintes par l’escorte militaire, a-t-il ajouté.

Les problèmes liés à l’extension des visas et aux permis pour les équipements de communication ont également été abordés par le gouvernement, a expliqué Redwan.

À cet égard, ceux qui apportent un soutien humanitaire important sur le terrain, comme l’USAID, reçoivent des permis de prolongation de visa, et une directive a également été introduite pour répondre aux demandes de permis d’utiliser des équipements de communication, a-t-il déclaré.

Réitérant que le gouvernement couvre toujours 70 pour cent de l’aide humanitaire au Tigré, l’Ambassadeur Redwan a appelé la communauté internationale à intensifier son soutien aux personnes dans le besoin.

Tout en prenant note de l’enquête conjointe UN-EHRC sur les violations présumées des droits de l’homme, il a informé les membres du Conseil que le procureur général a mené une enquête distincte et qu’un briefing sera donné aux médias pour annoncer le résultat de ses enquêtes.

Au sujet du différend frontalier entre l’Éthiopie et le Soudan, l’Ambassadeur Redwan a expliqué comment le Soudan avait abusé de la situation dans la région du Tigré pour envahir les territoires éthiopiens.

Rappelant la décision de l’OUA de respecter les frontières coloniales, il a exprimé sa profonde déception face à la revendication par le Soudan de l’Etat régional de Benishangul Gumuz.

Il a expliqué que le Soudan servait les intérêts d’une tierce partie et a déclaré que la communauté internationale aurait dû appeler le Soudan pour son comportement agressif.

Discutant du GERD, l’ambassadeur a déclaré que les préoccupations du Soudan sont correctement prises en compte et que le ministre des Affaires étrangères égyptien a également admis dans son récent discours au parlement que le barrage ne causerait aucun dommage significatif à son pays.

Le moyen viable de sortir de l’impasse sur les pourparlers du GERD est de poursuivre et de finaliser le processus de négociation tripartite dirigé par l’UA sous la présidence du président de la RDC.

Il a exposé l’accord conclu pour renforcer le rôle des observateurs et des experts afin d’aider la présidence de la RDC à faire avancer le processus.

Parlant de l’élection, il a déclaré que l’Éthiopie était prête à la rendre pacifique, libre, juste et démocratique.

Il a déclaré que 34 millions d’électeurs se sont déjà inscrits et que le nombre a dépassé ceux enregistrés lors de la 5e élection générale.

L’annonce de l’UE de ne pas envoyer ses observateurs aux élections est regrettable, a-t-il noté et expliqué que l’Éthiopie était prête à discuter davantage de certaines des questions en suspens. Il a exprimé l’espoir que l’UE reconsidérerait sa décision.

Les ambassadeurs ont apprécié le briefing et noté les progrès réalisés au Tigray, en particulier pour permettre l’accès à la région avec une simple notification et des efforts continus pour répondre aux quêtes d’extension de visa et d’accès aux équipements de communication.

L’Ambassadeur Redwan a répondu à certaines des questions soulevées par les Ambassadeurs à la suite de son exposé.

 

 

 

 

Leave A Reply