Spread the love

Au moins 42 Palestiniens, dont un bébé d’un an et un enfant de 3 ans, ont été tués lors d’une frappe aérienne israélienne dans la ville de Gaza tôt dimanche matin, a déclaré le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas.

Des dizaines de personnes sont restées piégées sous les décombres de bâtiments effondrés dans le quartier chic d’al-Rimal de la ville de Gaza, selon l’organisation palestinienne de défense civile. Les ambulanciers paramédicaux et les équipes de sauvetage ont continué de chercher à extraire les morts et les survivants.

«Nous entendons des cris sous les décombres», a déclaré un membre de la défense civile au réseau Al-Jazeera alors que l’opération de recherche et de sauvetage se poursuivait derrière lui.

Le médecin palestinien Ahmad Abu al-Aouf, qui était directeur de la médecine interne à l’hôpital al-Shifa de Gaza, aurait été tué dans l’attentat. Un certain nombre de ses collègues ont organisé des funérailles impromptues près de l’hôpital dimanche matin, récitant des versets coraniques sur son corps.

Les pompiers palestiniens recherchent de toute urgence des survivants et des corps sous les décombres après un bombardement intensif de la ville de Gaza par l’armée de l’air israélienne le 16 mai 2021 (Photo de MOHAMMED ABED / AFP)

Un autre médecin, Moueen al-Aloul, l’un des rares neurologues de l’enclave côtière, aurait également été tué.

La plupart de ceux qui ont péri appartenaient à la famille élargie al-Kolak. Selon le ministère de la Santé du Hamas, un enfant de 3 ans, Adam Izzat al-Kolak. et un bébé d’un an, Qusai Samih al-Kolak, figuraient parmi les victimes.

L’opération semble être la frappe la plus meurtrière de l’opération israélienne en cours contre les groupes terroristes de Gaza. L’armée israélienne s’est engagée dans un bombardement intense de l’enclave côtière tôt dimanche matin, déchirant les rues de la ville de Gaza.

Les Forces de défense israéliennes n’ont pas encore répondu à plusieurs demandes de commentaires. Les grèves auraient eu lieu tôt dimanche matin.

Israël a déclaré qu’il ne visait pas les civils. Selon l’armée israélienne, la plupart des personnes tuées à Gaza depuis le début de la vague de violence actuelle étaient soit des membres de groupes terroristes, soit ont été tuées par des roquettes palestiniennes errantes.

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a déclaré dimanche après-midi que 188 Palestiniens étaient morts depuis le début des hostilités entre le Hamas et Israël lundi soir. Selon le ministère, 55 des personnes tuées étaient des enfants.

Selon le ministère, 1 230 autres Palestiniens ont été blessés à des degrés divers.

Vendredi soir, une autre série de frappes aériennes meurtrières dans le camp de réfugiés d’al-Shati de la bande de Gaza a coûté la vie à 10 membres de la famille Abu Hutub. Un enfant de 10 mois, Omar Abu Hutub, était le seul survivant, ont rapporté les médias locaux.

Les Forces de défense israéliennes ont déclaré que l’attaque visait les hauts responsables du Hamas qui se réunissaient dans le bâtiment, mais ont déclaré qu’elles enquêtaient sur l’incident.

«Pendant la nuit, les FDI ont attaqué un certain nombre de hauts responsables du Hamas dans un appartement utilisé comme infrastructure terroriste dans la région du camp de réfugiés de Shati dans le nord de la bande de Gaza», a déclaré l’armée.

Les terroristes palestiniens à Gaza ont tiré plus de 2 500 roquettes sur Israël depuis le début des combats lundi, selon l’armée israélienne. Dix personnes, dont un garçon de 5 ans et une fille de 16 ans, ont été tuées dans les tirs de roquettes et des centaines ont été blessées.

Source : The times of isreal

Leave A Reply