Spread the love

La branche militaire du Hamas affirme avoir tiré des roquettes sur les régions d’Ashkelon et de Be’er Sheva après la nuit la plus meurtrière des frappes aériennes israéliennes sur la bande de Gaza depuis le début des attaques incessantes contre l’enclave assiégée lundi dernier.

Dans une déclaration tôt lundi matin, les Brigades Ezzedine al-Qassam ont annoncé avoir ciblé des zones du sud des territoires occupés par Israël avec des roquettes en réponse à l’attaque continue du régime israélien contre les Palestiniens à Gaza.

Les médias israéliens ont rapporté des sirènes d’avertissement de roquettes dans la région d’Ashkelon ainsi que dans les communautés entourant Gaza et à Netivot à la suite de l’attaque à la roquette du Hamas.

Des sirènes d’avertissement ont également été entendues dans la ville méridionale de Be’er Sheva et dans plusieurs communautés voisines.

Les représailles sont survenues après que l’armée israélienne ait déclenché dimanche un attentat à la bombe contre Gaza. Reuters a rapporté que le bombardement aérien impliquait plus de 100 frappes.

Selon l’AP, des explosions ont secoué la ville du nord au sud pendant dix minutes, durant plus longtemps et ciblant une zone plus large que les raids aériens précédents.

Des soldats israéliens tirent un obusier automoteur de 155 mm vers la bande de Gaza depuis leur position le long de la frontière avec l’enclave palestinienne, le 17 mai 2021 (Photo de l’AFP)

Plus tard lundi, les médias palestiniens ont rapporté que des obus d’artillerie israélienne avaient touché l’usine de matelas Foamco dans le nord de Gaza, provoquant un incendie.

Un habitant de Jabalia aurait été tué et un autre blessé lors des tirs d’artillerie israéliens.

Les appels internationaux se sont multipliés pour un cessez-le-feu dimanche, alors que le Conseil de sécurité de l’ONU tentait de publier une déclaration commune dans ce but, pour être bloqué par les États-Unis – un proche allié du régime israélien.

Israël a pilonné dimanche des bâtiments de sécurité et des routes menant aux hôpitaux de Gaza, un jour après que le régime de Tel Aviv a pris pour cible une tour abritant des bureaux d’agences de presse, telles que l’AP et Al Jazeera.

Avec le début du mois sacré du Ramadan, des affrontements ont éclaté en Cisjordanie occupée après que les forces israéliennes et les colons aient harcelé des fidèles palestiniens à la mosquée al-Aqsa et ailleurs. L’armée du régime a également tenté de forcer les Palestiniens à quitter leurs maisons dans le quartier de Sheikh Jarrah pour construire davantage de colonies illégales.

Le feu et la fumée s’élèvent au-dessus des bâtiments de la ville de Gaza alors que les avions de combat israéliens ciblent l’enclave palestinienne, tôt le 17 mai 2021 (photo de l’AFP)

À ce jour, au moins 197 Palestiniens, dont 58 enfants et 34 femmes, ont été tués dans des raids aériens israéliens, et plus de 1 200 personnes ont été blessées. Les raids de dimanche n’ont tué que 42 Palestiniens, dont 10 enfants, selon le ministère palestinien de la Santé.

Deux médecins tués à Gaza

Le ministère a également déclaré que deux médecins avaient été tués à la suite des frappes aériennes israéliennes.

«Aujourd’hui, nous commémorons le docteur Ayman Abu al-Auf, un chevalier des chevaliers des agents de santé, un scientifique, un médecin qualifié et un être humain modèle», a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré qu’il nommerait une salle d’éducation à l’hôpital al-Shifa de Gaza en l’honneur d’Abu al-Auf. L’autre médecin tué a été identifié comme étant Moean Alalol.

Lors d’un point de presse dimanche, Yusuf Abu al-Reesh, le secrétaire du ministère de la Santé de Gaza, a dénoncé les attaques israéliennes visant les travailleurs de la santé et les travailleurs humanitaires, affirmant que ces attaques ont eu «des effets dévastateurs sur les personnes et l’environnement».

«Les bâtiments résidentiels ont été détruits, les écoles, les lieux de culte, les routes, les bureaux des médias, les bâtiments gouvernementaux et les lignes commerciales et électroniques», a déclaré Abu al-Reesh.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et d’autres responsables israéliens ont déclaré que les actes d’agression du régime contre Gaza ne se termineraient pas de sitôt, rejetant les appels internationaux à la fin des atrocités.

L’armée israélienne a affirmé qu’elle essayait d’éviter les victimes civiles, accusant le Hamas de «localiser intentionnellement son infrastructure militaire sous des maisons civiles, exposant ainsi les civils à un danger».

Le porte-parole du Hamas Hazem Qassem, en réponse, a déclaré que, comme d’habitude, «Israël tente de tromper l’opinion publique à travers ces mensonges dans une tentative de justifier le crime et d’échapper à sa responsabilité.

Leave A Reply