Spread the love

Connu pour sa rigueur et son pragmatisme, Dr Choguel Kokalla Maïga semble faire l’unanimité au sein des acteurs de la contestation pour diriger la Transition. La figure de proue du Mouvement Patriotique pour le Renouveau (M5-RFP) dispose des bagages nécessaires au regard de son parcours pour mener à bien la mission qui lui sera bientôt confiée.

De son vrai nom Chouaïbou Issoufi Souleymane, Choguel Kokalla Maiga, est né en 1958 à Tabango dans le cercle d’Ansongo. Dès son jeune âge, il aura retenu l’attention par deux traits de caractère essentiels : d’exceptionnelles qualités intellectuelles et des qualités avérées de meneur d’hommes.

Docteur et ingénieur en télécommunications, diplômé de l’Institut des Télécommunications de Moscou, Choguel K. MAÏGA s’est vite distingué par un brillant cursus scolaire et universitaire. Après ses études fondamentales de 1963 à 1974, à Tabango et de Bara (Cercle d’Ansongo), il entre au Lycée Technique de Bamako en 1974 et y sort major de sa promotion en série ‘‘Mathématiques Techniques et Industrielles’’(MTI) en 1977 avec un baccalauréat technique. Il sortira, de 1977 à 1988, ingénieur des télécommunications avec mention ‘’Excellent ‘’ et les félicitations du jury de l’Université d’Etat de Biélorussie (en ex-URSS) et l’Institut des Télécommunications de Moscou, puis avec brio une thèse de Doctorat d’Etat en télécommunications.

Promptement, il s’est mis au service de sa Patrie. Il a d’abord servi à la Société des Télécommunications du Mali (SOTELMA), puis servi dans certains Gouvernement en tant ministre de l’Industrie et du Commerce.

En tant que ministre, il retiendra l’attention par ses talents de négociateur, concepteur et de rénovateur. Ainsi, Choguel Kokalla MAÏGA a représenté le Mali dans les différentes négociations internationales sur le commerce et le développement dont les plus emblématiques furent les négociations au sein de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) où, en fin négociateur, il a mené la célèbre « bataille du Coton » pour protéger les intérêts des paysans maliens et africains contre les subventions des pays développés.

Dans ces différents forums, en sa qualité de négociateur en chef choisi par ses pairs, il a défendu les intérêts du Mali et s’est fait le porte-parole aussi bien de l’ensemble des pays africains producteurs de coton que de ceux des pays les moins avancés (PMA) des autres continents.

Les résultats de cette bataille épique sont unanimement reconnus. Pour la première fois dans les négociations commerciales internationales, le Mali, l’Afrique et le Tiers monde en général ont su et pu défendre dignement leurs intérêts. Cela s’est traduit par des retombées importantes pour notre pays et le monde paysan.

Le nouveau PM sous la Présidence d’Assimi Goïta a conduit les délégations du Mali dans plusieurs rencontres consacrées aux Accords de Partenariat Economique (APE) entre l’Union Européenne et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). Il a mené à terme le processus de qualification du Mali au visa textile AGOA pour l’accès des produits textiles maliens au marché américain sans droit de douane.

L’histoire retiendra aussi, de lui, qu’il a été l’initiateur ou l’un des concepteurs d’actions et de projets vitaux structurant l’économie du pays au profit des couches les plus exposées de la population.

Depuis février 2008, après son départ du gouvernement, il fut le Directeur Général de l’Autorité Malienne de Régulation des Télécommunications/TIC et Postes (AMRTP). A la tête de cette structure stratégique, il a travaillé à insuffler une forte vitalité au secteur des télécommunications et des TIC, faisant du marché malien l’un des plus dynamiques en Afrique et dans le monde.

Dans l’exercice de ses fonctions, il se distingue auprès de ses collègues et de ses supérieurs hiérarchiques par ses qualités tant professionnelles qu’intellectuelles et morales : tous reconnaissent en lui un cadre compétent, intelligent, sérieux, très exigeant sur la qualité du travail, mais aussi très courtois et respectueux dans ses rapports avec les autres.

Tel est le Docteur Choguel Kokalla MAIGA un brillant élève, un étudiant studieux, un cadre dévoué à la cause de son pays.

Président du MPR dont il défendu les couleurs à l’élection présidentielle de 2002, où il a été classé 7è sur 24 candidats, le président du Parti du Tigre incarne le courage, la persévérance, la capacité d’anticipation. Plus d’un adversaire a salué, en lui, ces qualités. Redoutable polémiste, visionnaire, serein, affable, Dr Choguel K. Maïga, dès sa jeunesse, fait preuve de lucidité et d’une grande ouverture d’esprit. Avec lui, le MPR s’est imposé comme une force incontournable sur l’échiquier politique malien, ‘’un poids lourd de l’Opposition’’ ».

Ambition pour le Mali

Sa vision pour le Mali se calque sur la construction d’un Etat démocratique, républicain, d’une société libérale, forte du fonds consensuel du Peuple malien. Convaincu que rien de durable ne peut être réalisé dans une Nation divisée, il ne cesse de prôner la Réconciliation Nationale fondée sur la vérité et le pardon. Il s’engage à restituer au Mali son honneur et sa dignité, sa grandeur et. Pour ce faire, il formule à l’intention du peuple malien les cinq propositions à savoir : rebâtir l’Etat en restaurant l’ordre et la sécurité, garants du développement, réaffirmer l’unité du peuple et l’intégrité du territoire national, restituer le pouvoir au peuple en lui conférant la possibilité de conception, de contrôle et de sanction, former les acteurs du développement grâce à un système scolaire et universitaire performant, et assurer la promotion de la femme et redonner espoir à la jeunesse.

En définitive, il s’agit pour le Dr Choguel K. Maïga de réarmer moralement le peuple malien, le remettre au travail en suscitant et en soutenant les initiatives, afin que chaque citoyen de notre pays puisse vivre honnêtement du fruit de son labeur, et renforcer la solidarité nationale et en faire le socle pour promouvoir l’amélioration des conditions de vie du peuple.

Dr Choguel, qui vient d’être installé à ce fauteuil de la Primature, brille toujours par sa constance et ses capacités à proposer et à mener les hommes. Il fait preuve de ces atouts au sein du M5-RFP. N’eut été Dr Choguel, le mouvement tombeur d’IBK serait totalement dans les oubliettes. Il a su créer une certaines cohésion entre les différentes personnalités malgré leurs différents égos.

Aujourd’hui, il va sans doute que Dr Choguel Kokalla Maïga incarne le choix idéal de l’homme capable de gérer l’équipe gouvernementale pour parachever la gestion de la Transition pour le bien du Mal.

Hamed BOUBACAR

SourceEchosMédias

Leave A Reply