Spread the love

(ACAP)- Vladimir Montéiro, Porte-parole de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-unies pour la stabilité en Centrafrique (MINUSCA), a mis en exergue mercredi 23 juin 2021 à Bangui, le rapport sur les principaux faits survenus en Centrafrique entre le 16 février et le 16 juin dernier, présenté par le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies en Centrafrique, Mankeur Ndiaye, au Conseil de Sécurité des Nations-Unies, lors de la conférence de presse hebdomadaire.

 

Cette traditionnelle conférence de presse hebdomadaire est une opportunité pour le Porte-parole de la MINUSCA de mettre en évidence les activités menées par l’institution dans la semaine sur le territoire centrafricain.

Le Porte-parole a fait savoir que le rapport du chef de la MINUSCA Mankeur Ndiaye, a présenté les points sur le dialogue politique, l’appui de la MINUSCA au gouvernement dans la mise en œuvre de l’Accord de paix, ainsi que la mise en œuvre du mandat de la MINUSCA.

Selon lui, le rapport a abordé le déroulement des élections en Centrafrique, tout en soulignant que l’Autorité nationale des élections s’était efforcée de tirer les enseignements du scrutin du 27 décembre, afin de mieux se préparer aux élections législatives du 14 mars et du 23 mai.

En ce qui concerne la situation sécuritaire, suivant le rapport du Secrétaire général, elle est restée incertaine à l’Ouest, au Nord-Ouest et au centre du pays à cause des affrontements entre les groupes armés, dont la majorité est affiliée à la Coalition des patriotes pour le changement (CPC).

Concernant la violation des droits de l’homme, « 22 violations impliquant quelques éléments des forces de défense nationale et des membres du personnel de sécurité déployés bilatéralement, et d’autres agents de sécurité ont été enregistrées et portées à l’intention du Président de la République », a constaté le Porte-parole de la MINUSCA.

« La Division des droits de l’homme (DDH) de la MINUSCA a documenté 22 incidents d’abus et de violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire ayant affecté au moins 43 victimes (32 hommes, 6 femmes, un garçon, deux victimes inconnues et deux victimes collectives) au cours de la période du 15 au 21 juin 2021 », a poursuivi Vladimir Montéiro.

Il a précisé que les auteurs présumés sont les 3R, le MPC et les éléments de l’ex Séléka.

En abordant la situation de la maladie à coronavirus dans le cadre de la vaccination, Vladimir Montéiro a indiqué que près de 11.000 membres du personnel de la MINUSCA ont reçu leur dose.

D’après le Porte-parole, les chiffres du COVID-19 au sein de l’institution se présente en date du 22 juin comme suit : 822 cas accumulés; 797 guéris ; 8 cas actifs et 8 décès.

Cette conférence de presse a été animée conjointement par les porte-paroles de la MINUSCA, ceux de la force et de la police respectivement Vladimir Montéiro, Lieutenant-Colonel Abdoul Aziz-Fall et le Capitaine Mazalo Agba.

 

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com