Spread the love

Washington et Londres sanctionnent d’autres agents russes pour leur implication “directe” dans l’attaque contre l’opposant russe Alexei Navalni.

“Le Royaume-Uni et les Etats-Unis s’unissent pour prendre de nouvelles mesures contre les responsables directs de l’empoisonnement de M. Navalni (chef de l’opposition russe)” , ont indiqué les deux pays ce vendredi, dans un communiqué conjoint un an après les faits.

Ils ont également critiqué Moscou pour ne pas avoir enquêté de manière crédible ou expliqué l’utilisation d’une arme chimique contre l’opposant russe, appelant la Russie à se conformer pleinement à la Convention sur les armes chimiques (CAC), y compris ses obligations de déclarer et de démanteler son programme d’armes chimiques. .

À cet égard, ils ont imposé des sanctions à sept agents du Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (FSB, pour son acronyme en russe), affirmant qu’ils sont directement responsables de la planification ou de la réalisation de l’attaque contre Navalni à Tomsk, en Russie, le 20 août 2020.

 

Les nouvelles sanctions imposées contre la Russie restreindront “les biens et technologies liés à l’industrie nucléaire et des missiles”, comme l’indique le département du Trésor américain.

En mars, Washington a sanctionné sept hauts responsables russes pour l’emprisonnement de l’opposant susmentionné, dans le cadre d’un acte coordonné avec l’Union européenne (UE), afin que Moscou libère Navalni.

Poutine : Navalni n’est pas un prisonnier politique

Dans ce sens, la chancelière allemande, Angela Merkel, a demandé le même jour au président du pays eurasien, Vladimir Poutine, la libération de Navalni, comme il l’a déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec le président russe à Moscou, capitale de Russie.

De son côté, le chef de l’Etat russe a assuré que l’opposant avait commis une infraction pénale et n’était pas détenu “pour ses activités politiques”, mais pour “une infraction pénale avec des partenaires étrangers”.

Le pays eurasien a souligné à plusieurs reprises que l’Occident, avec le soutien de Navalni, cherche à déstabiliser, provoquer des protestations et le chaos puis contenir la Russie .

Un tribunal de Moscou (capitale de la Russie) a confirmé le 20 février la décision rendue par le tribunal de Babushkinski, qui a ordonné le 2 février  l’incarcération de Navalni pour non-  respect des conditions imposées par la peine de trois ans et demi de prison avec sursis à lequel il a été condamné pour avoir violé les termes de sa probation, passant des mois en convalescence en Allemagne après avoir été la cible d’un empoisonnement présumé qui lui a presque coûté la vie et dont est accusé le Kremlin, dont les autorités le démentent systématiquement.

 

Source : Hispantv

 

 

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com