Spread the love

En Côte d’Ivoire, l’ancien Président ivoirien, Laurent Gbagbo a fait un important démenti concernant une manifestation en hommage aux victimes des événements de 1970 à Gagnoa. Il a déclaré n’être ni de près ni de loin associé à cette manifestation à laquelle il ne se sent nullement concerné, et menacé les auteurs de cette manifestation de poursuites judiciaires s’ils ne retiraient pas sans délai son nom.

Rappelons qu’en 1970, dans le Guébié, un canton situé à l’ouest de la Côte d’Ivoire, près de la ville de Gagnoa, une révolte, en réponse à l’interdiction d’un nouveau parti politique, le PANA (Parti National Africain), a été sévèrement réprimée et aurait fait environ 4 000 morts mais ces chiffres ont été contestés par le régime d’Houphouët Boigny.

Le 26 octobre 1970, un étudiant de l’ethnie Bété, Kragbé Gnagbé, créateur de ce nouveau parti, avec quelques centaines de paysans, va occuper Gagnoa, capitale régionale, et proclamer une République d’Éburnie. Kragbé Gnagbé sera mortellement blessé dans les affrontements qui suivront. Ci-dessous le communiqué du Président Laurent Gbagbo.

Communiqué de démenti

Une information, sous forme de communiqué faisant état des préparatifs d’une manifestation d’hommage aux victimes des événements qui ont eu lieu à Gagnoa en 1970, circule abondamment sur les réseaux sociaux.

Ce communiqué relève que ladite manifestation est placée sous le haut patronage de son Excellence le Président Laurent GBAGBO. Par la présente, je tiens à informer, en son nom, l’opinion publique que son Excellence le Président Laurent GBAGBO n’est associé sous quelque forme que ce soit à une telle manifestation par laquelle il ne se sent, par ailleurs, nullement concerné.

J’invite donc les auteurs de ce communiqué à en retirer sans délai son nom. Par ailleurs, je tiens à rappeler que l’association du nom ou de l’image du président Laurent Gbagbo à un évènement public requiert son autorisation expresse. Tout manquement à cette exigence, qui découle de la loi ivoirienne, expose l’auteur à des représailles judiciaires.

Porte-Parole du Président Laurent Gbagbo

Le ministre Justin Katinan KONE

 

 

 

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com