Spread the love

En Guinée, le président du Comité national pour le rassemblement et le développement (CNRD), Mamadi Doumbouya a prêté serment vendredi devant la Cour suprême pour devenir président de la transition.

« Moi Mamadi Doumbouya, président de la transition, je jure devant le peuple de Guinée de préserver en toute loyauté la souveraineté nationale, de respecter et de faire respecter les dispositions de la Charte de la transition, la dignité humaine, les lois et règlements de la République, de remplir mes fonctions dans l’intérêt supérieur de la nation, de consolider les acquis démocratiques, de garantir l’indépendance de la patrie et l’intégrité du territoire national. Je m’engage solennellement, et sur mon honneur, à collaborer avec les organes de la transition pour la réalisation et la préservation de la cohésion nationale », a déclaré M. Doumbouya.

Lors de son discours solennel, le colonel Doumbouya a expliqué les raisons du coup d’Etat et il a défini les nouvelles batailles du Gouvernement de Transition.

« Le 5 septembre 2021, au regard de l’état critique dans lequel se trouvait notre pays, les forces de défense et de sécurité, réunies au sein du CN–RD, ont pris leurs responsabilités devant l’histoire en décidant de prendre en main les destinées du pays. En effet, comme indiqué dans notre déclaration de prise du pouvoir, notre pays était confronté à une série de crises profondes et multidimensionnelles qui avaient fini par saper ses fondements. Crises dues notamment au dysfonctionnement des institutions constitutionnelles, l’instrumentalisation de la justice, les violations graves et répétées des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, la politisation à outrance de l’Administration publique, la corruption généralisée, la gabegie financière et les détournements de deniers publics. La lutte contre tous ces maux qui gangrènent notre société sera mon cheval de bataille ainsi que celui du Gouvernement de Transition. », a-t-il déclaré.

.Notons que la cérémonie s’est tenue en présence des ambassadeurs accrédités en Guinée et d’une délégation malienne conduite par le président du Conseil national de transition du pays, Malick Diaw.

En conclusion, les pseudos défenseurs de la constitution et des valeurs républicaines demeurent silencieux sur la violation de la constitution, des règles éléments de la démocratie. Cette cérémonie d’un investiture  en Guinée confirme une fois de plus que nos institutions en Afrique ne sont encore pas forte (s) pour rétablir la véritable démocratie non celle prônée par les impérialistes dans le seul  but de préserver leurs intérêts sur le contient.

 

 

 

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com