Spread the love

La tension autour de la fourniture de sous-marins nucléaires à l’Australie continue, après la grosse colère de Paris contre Canberra pour non respect du contrat, c’est désormais la fédération de Russie qui élève une fois de plus la voix contre la fourniture de sous-marins nucléaires à l’Australie et appelle l’AIEA à rester vigilante contre l’alliance Aukus.U.S. Is Russia's 'Adversary,' Leading Diplomat Says - The Moscow TimesLe vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

« Cet [accord d’Aukus]est un grand défi pour le Traité de non – prolifération (TNP) » , a déclaré vendredi le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov.

Selon le site Hispan TV, le responsable russe a expliqué qu’Aukus pourrait faire de l’Australie le deuxième pays, après le Royaume-Uni, à avoir accès à la technologie nucléaire américaine pour construire des sous-marins à propulsion nucléaire.

En outre, Mikhaïl Oulianov, représentant permanent de la Russie auprès de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a demandé à l’entité susmentionnée de suivre de près le développement de l’alliance Aukus et a qualifié l’accord de plan « alarmant » .

« Le moment n’est pas encore venu de faire ces évaluations », a déclaré Oulianov, faisant allusion à l’incorporation de l’Australie au groupe des pays possédant l’énergie atomique.

En conclusion, Canberra a annulé un contrat avec Paris pour la construction de sous-marins à propulsion nucléaire, et en réaction , le gouvernement français a convoqué ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie. Le président Emmanuel Macron a même exhorté les Européens à cesser de compter sur les États-Unis pour leur protection.

 

 

 

 

 

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com