Spread the love

PAR SALOMON DIBABA

Dans un communiqué publié le 25 e  d’Octobre au sujet de la situation actuelle au Soudan, le gouvernement éthiopien a déclaré que « Le Gouvernement éthiopien invite toutes les parties au calme et à la désescalade au Soudan et à déployer tous les efforts vers un règlement pacifique mettre fin à cette crise.

À cet égard, le gouvernement éthiopien soutient pleinement l’achèvement de la transition du Soudan vers la démocratie et le respect du document constitutionnel de la période de transition.

« L’Éthiopie réitère la nécessité du respect des aspirations souveraines du peuple soudanais et de la non-ingérence des acteurs extérieurs dans les affaires intérieures du Soudan.

Le gouvernement éthiopien est convaincu que le peuple soudanais finira par trouver la sagesse de relever ces défis d’une manière qui contribuera à une résolution pacifique de la crise. il a ajouté.

Rappelant les efforts déployés par le gouvernement éthiopien, la déclaration a noté que « le gouvernement éthiopien a joué un rôle important dans la médiation avec succès de la mise en place d’un gouvernement de coalition, composé de ses composantes civile et militaire, et d’adopter le document constitutionnel de la période de transition. . « 

Le communiqué ajoute que « le gouvernement et le peuple éthiopiens, comme toujours, continueront de défendre fermement les aspirations démocratiques du peuple soudanais ».

La mise en place d’un Conseil de transition composé de représentants civils et délégués de l’armée soudanaise grâce aux efforts de médiation du gouvernement éthiopien en août 2019 a inauguré une lueur d’espoir pour la transition du Soudan vers un ordre démocratique dans un délai de trois ans.

Cependant, les divisions apparues au sein du Conseil souverain du gouvernement de transition et l’ingérence dans les affaires intérieures du pays de gouvernements proches et lointains mettent les nobles objectifs sur lesquels le gouvernement de transition a été mis en place dans la situation la plus fragile et la plus précaire.

Dans un pays dans lequel plus de 90 partis se disputent le pouvoir et la différence visible entre les dirigeants militaires et civils, le pays tout entier a été plongé dans une autre vague de troubles politiques qui a divisé la population entre ceux qui soutenaient les militaires accusant le gouvernement civil de prendre aucune mesure dans la reprise économique du pays et des groupes qui ont protesté contre la lenteur de la transition démocratique causée par la section militaire du gouvernement. Une intervention politique étrangère visible dans le pays a déjà polarisé les intérêts politiques entre les différentes parties du pays.

En tant que pays voisin, les développements politiques au Soudan ont des implications bien plus importantes pour l’Éthiopie, non seulement en raison de la proximité de la frontière entre les deux pays, mais aussi en raison des effets que la crise au Soudan peut avoir des répercussions considérables sur la paix et la sécurité dans la Corne du Afrique.

De plus, l’Éthiopie ne partage pas seulement une frontière commune, mais entretient des relations historiques de longue date qui remontent aux royaumes d’Axoum et de Merowe. Il existe un lien culturel plus profond entre les deux pays. Le Nil Bleu relie physiquement l’Éthiopie et le Soudan. Par exemple, l’achèvement du GERD crée une opportunité dans laquelle le Soudan peut bénéficier de l’approvisionnement en énergie hydroélectrique de l’Éthiopie. L’Éthiopie pourrait également bénéficier grandement d’un accès plus large à Port Soudan. Le réseau de transport ferroviaire et routier dont la mise en place était prévue depuis longtemps pourrait transformer les provocations inutiles et les conflits entre les deux pays en une fenêtre d’opportunités.

Il n’y a aucun pays au monde qui soit aussi proche que l’Éthiopie l’est du Soudan, mais une forme faible de prise de décision et les multiples influences et interférences d’autres pays ont compliqué le développement d’un gouvernement fort au Soudan. Par exemple, les Soudanais ont loué des milliers d’hectares de terres agricoles à des entreprises dans presque tous les pays arabes. Certains des gouvernements de ces pays sont désireux d’influencer les développements politiques au Soudan pour assurer leurs intérêts économiques.

L’Éthiopie, comme indiqué dans la déclaration susmentionnée, suit de près l’évolution au Soudan, car la paix ou le conflit dans le pays pourraient affecter les développements politiques en Éthiopie.

Comme indiqué dans le récent message du Premier ministre Dr. Abiy Ahmed, l’Éthiopie est fermement convaincue que le peuple et le gouvernement du Soudan ont toute la capacité de résoudre leurs problèmes à leur manière. Si la communauté internationale ne soutient pas la souveraineté du Soudan et ne soutient pas ses efforts pour créer un gouvernement d’unité nationale. Ce pays pourrait faire face à plusieurs problèmes qui doivent être évités à tout prix.

Par ailleurs, la situation fragile du pays pourrait à nouveau en faire un vivier d’organisations terroristes qui pourraient aggraver la situation sécuritaire du pays. Cela pourrait à son tour avoir des implications régionales donnant une excellente occasion pour les groupes de proliférer dans la Corne de l’Afrique.

Le Soudan a besoin d’unité nationale et de paix pour son développement. Toute intervention dans les affaires intérieures de ce pays va à l’encontre de la volonté du peuple soudanais, la perspective de paix et de démocratie dans le pays peut être nulle et non avenue. D’autre part, le peuple et le gouvernement éthiopiens demandent le rétablissement du gouvernement de transition et la déclaration constitutionnelle intérimaire à laquelle toutes les parties concernées doivent se conformer.

 

Source : reliable news source

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com