Spread the love

Initialement prévu le 25 Octobre dernier, c’est finalement le jeudi 11 Novembre, que les membres du Mouvement citoyen pour une nouvelle Côte d’Ivoire en abrégé « MCNCI » se sont retrouvés autour de leur Présidente Geneviève Bro Gregbe pour fêter les trois ans d’existence dudit mouvement, au siège provisoire sis Abidjan-Cocody. À cette occasion, l’ancienne ministre des Sports a expliqué la raison du report.Aucune description disponible.

« En effet, le 25 octobre dernier, notre Mouvement a soufflé ses trois bougies mais en raison d’une actualité chargée en évènements, nous n’avons pu marquer cet anniversaire. Il s’agit pour nous aujourd’hui, de faire avec vous le bilan de notre action et nous projeter dans l’avenir avec des perspectives. », a-t-elle déclaré.Aucune description disponible.

Notons que la rencontre avec les journalistes et hommes de Médias était subdivisé en trois grandes parties, à savoir la lecture de la déclaration relative à la journée nationale de la paix en Côte d’Ivoire, suivi d’une conférence de presse et enfin, la Ministre Geneviève Bro Grégbe a également dresser le bilan des activités du MCNCI via une vidéo.Aucune description disponible.

« Pour passer notre message, nous avons rencontré les différentes couches sociopolitiques, en commençant par les leaders d’opinion. Nous avons également animé quelques meetings et des conférences aussi bien en Côte d’Ivoire qu’en Europe. Ce n’était pas évident, il y a trois ans, de parler de réconciliation, mais aujourd’hui, force est de constater que plusieurs personnes et structures en font leur leitmotiv », a déclaré.Aucune description disponible.

Et d’ajouter que son mouvement n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. « Nous poursuivrons nos rencontres, nos meetings et conférences jusqu’à ce que le plus grand nombre de nos concitoyens adhèrent à notre rêve de réconciliation nationale et optent pour un changement de mentalité, gage d’une paix durable », a confié la conférencière.

A cette occasion, la Présidente Geneviève Bro Grégbe a tenu à marquer un arrêt pour s’adresser aux Ivoiriens ​et a rappelé que la mission de son organisation consiste à contribuer à la recherche d’une paix durable en Côte d’Ivoire par la réconciliation nationale et la mutation des mentalités.Aucune description disponible.

La présidente du MCNCI, Geneviève Bro Gregbe  a abordé quelques sujets d’actualités chauds dont l’Union des cadres du grand nord (UGN), le renouvellement de la classe politique, la justice ivoirienne. La conférencière du jour, a fait remarquer qu’elle a encore en mémoire la charte du nord qu’elle qualifie de prétexte fallacieux. D’ailleurs elle estime que la création de cette union prouve bien que la rébellion a été inutile.Aucune description disponible.

« Devant toute situation, il faut tirer les enseignements. Nous souvenons encore de la charte du nord. J’ai eu l’occasion d’écrire un livre : « Mon combat pour la patrie », où j’ai dit que c’était des prétextes fallacieux. Aujourd’hui, on crée une union des cadres du nord pour développer le nord. Ça veut dire qu’on a pris les armes pour rien. Finalement, on n’a pas développé le nord avec cette rébellion. Nous pensions que c’était pour développer le nord. Si on a besoin de créer une union du grand nord, ça veut dire que la rébellion n’a pas atteint ses objectifs. Le nord pour lequel les armes ont été prises, ce nord n’a pas été développé puisqu’on a besoin de créer une union pour le développer » ,a-t-elle martelé.Aucune description disponible.

Pour la conférencière, le renouvellement générationnel n’est pas une question de personne. Mais la solution serait de faire un bon diagnostic sur ce qu’a vécu la Côte d’Ivoire durant ces 30 dernières années.
:« Personnellement, je ne vois pas les choses de cette façon. Comme je vous l’ai dit, cette crise vient de très loin donc allons chercher les causes, les vraies. Ce n’est pas parce qu’il y a trois leaders qui vont disparaitre de la scène politique qu’il n’y aura plus de crise. Si on n’a pas le bon diagnostic pour un malade, il ne sera pas soigné, guéri. Faisons le bon diagnostic. Au niveau du MCNCI, le diagnostic que nous avons fait n’incrimine aucun de ces trois leaders. Donc je ne peux pas demander leur retrait de la scène politique. Ce n’est pas le retrait des trois grands qui réglera le problème de la Côte d’Ivoire. Le diagnostic est plus profond. Il y a rupture d’équilibre à 4 niveaux : culturel, social, politique et économique », a-t-elle déclaré.Aucune description disponible.

Et d’ajouter : « Notre cheminement : vérité, repentance, réconciliation, réparation. Il faut la vérité. C’est à la justice qu’on saura la vérité. Concernant le président Laurent Gbagbo et le ministre Charles Blé Goudé, on connaît déjà la vérité. Il faut aussi connaître la vérité en ce qui concerne les autres. Parce que pour ce battre, il faut être à deux. Il y a un qui a été jugé. Peut-être que l’autre camp sera jugé. On connaîtra la vérité. Et c’est à partir de la vérité, qu’on ira maintenant à la réconciliation, à la repentance et à la réparation. C’est le cheminement que nous proposons à la Côte d’Ivoire. Nous sommes sur le terrain et nous voyons comment les cœurs sont meurtris. Pour apaiser les cœurs, nous devons connaître la vérité. Nous ne demandons pas de mettre les gens en prison mais au moins savoir la vérité pour éviter que de telles incidents graves se reproduisent dans notre pays », a-t-elle déclaré.Aucune description disponible.

En conclusion, la Présidente du Mouvement Citoyen pour une Nouvelle Côte D’Ivoire (MCNCI), comme les années précédentes, a exhorté tous les ivoiriens et toutes les ivoiriennes à œuvrer pour la PAIX, gage d’un développement durable.

Certes, le retour au pays du Président Laurent GBAGBO, la libération de certains prisonniers politiques résultant de la rencontre des Présidents Alassane OUATTARA et Laurent GBAGBO ainsi que le retour des exilés et la réintégration de certains fonctionnaires à leurs postes ont quelque peu contribué à la décrispation du climat socio-politique ; cependant bien que le MCNCI se réjouisse de cette embellie relative, beaucoup reste à faire :Aucune description disponible.

  • Des prisonniers civils et militaires restent encore incarcérés
  • L’effritement du pouvoir d’achat est toujours une question préoccupante
  • L’emploi des jeunes demeure une préoccupation essentielle
  • La liberté d’expression consignée dans la Constitution ivoirienne ne semble pas être une réalité (Exemple, le droit dénié aux 3000 Docteurs au chômage et aux travailleurs d’Azito). La PAIX, loin d’être un vain mot, devrait se traduire par des actes concrets.

C’est la raison pour laquelle, Le MCNCI encourage le Gouvernement à créer les conditions idoines pour garantir le retour à la PAIX en Côte d’Ivoire. Pour ce faire, nous insistons sur notre proposition d’organisation d’assisses nationales (dialogue, concertation, etc…) pour la réconciliation nationale, et ce, avant 2025, année électorale où l’ensemble du dispositif électoral devrait être organisé de façon consensuelle, à l’instar des modifications constitutionnelles.

 

Détails à suivre.

 

 

 

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com