Spread the love

L’Iran a lancé avec succès une fusée porteuse satellite Simorq (Phoenix) de fabrication nationale avec trois charges utiles de recherche à bord.

« Pour la première fois, la porte-satellite Simorgh a lancé ce jeudi simultanément 3 appareils de recherche à une altitude de 470 km et à une vitesse de 7350 m/s », annonce le Porte-parole spatial du ministère iranien de la Défense, Seyyed Ahmad Hosseini.simorgh

« Dans cette mission de recherche spatiale, pour la première fois, trois appareils de recherche ont été lancés simultanément à une altitude de 470 kilomètres et à une vitesse de 7 350 mètres par seconde », a déclaré jeudi le porte-parole du ministère, Ahmad Hosseini.

Il a déclaré que les composants du centre spatial fonctionnaient parfaitement et que les étapes du lancement de la fusée se sont déroulées conformément aux plans. « Enfin, les objectifs de recherche [de la mission]ont été atteints », a ajouté Hosseini.

Le porte-parole spatial du ministère de la Défense a déclaré que le lancement donne suite à plusieurs réalisations du programme spatial civil de la République islamique.

En 2017, le centre spatial iranien Imam Khomeini a lancé avec succès la fusée Simorgh avec pour mission de mettre des satellites en orbite.

Pour rappel, l’Iran est l’un des 11 pays au monde capables de concevoir, de construire et de lancer des satellites dans l’espace, et c’est également le seul pays actif dans le domaine de la fabrication de lanceurs de satellites dans la région de l’Asie occidentale.

Le programme spatial iranien a toujours fait l’objet de critiques de la part des États-Unis, qui accusent, sans preuve, la République islamique de chercher à développer, en utilisant la technologie de ses lanceurs de satellites, pour renforcer un programme de missiles « non conventionnels ». Téhéran, à son tour, rejette toutes ces accusations sans fondement et affirme ne pas vouloir se doter de l’arme atomique.

 

 

 

 

 

 

 

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com