Spread the love

Le Premier ministre somalien a dénoncé la décision du président de le suspendre pour des allégations de corruption et d’abus de terres publiques, qualifiant cette décision de « tentative de coup d’État flagrante ».

« Le président a décidé de suspendre le Premier ministre Mohamed Hussein Roble et d’arrêter ses pouvoirs car il était lié à la corruption », a annoncé lundi le bureau du président Mohamed Abdullahi Mohamed dans un communiqué, tout en accusant le Premier ministre d’avoir entravé une enquête sur une affaire d’accaparement de terres. .

Il a ajouté que le commandant des forces maritimes, le général Abdihamid Mohamed Dirir, faisait également l’objet d’une enquête pour corruption et avait été suspendu.

Dans cette fournaise, le Président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat a produit un communiqué sur la situation du pays.

« Le Président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, suit avec une profonde inquiétude la grave tension politique actuelle en Somalie. Le Président appelle à la plus grande retenue et appelle à la poursuite des engagements et du dialogue entre le Président et le Premier ministre afin de trouver une solution politique à la situation actuelle. L’Union africaine s’engage à nouveau à intensifier son soutien en faveur d’une paix durable et d’une politique stable en Somalie. », a-t-il écrit.

Notons que les tensions en Somalie se sont d’abord intensifiées en février lorsque le mandat du président a expiré avant les élections et qu’il a prolongé son mandat de deux ans, attirant la colère des forces d’opposition au sein du gouvernement ainsi que des milices armées du pays, ce qui a conduit à des affrontements dans les rues de Mogadiscio.

La crise constitutionnelle n’a été désamorcée que lorsque le président a annulé la prolongation du mandat et que Roble a négocié un calendrier pour un vote.

Dans les mois qui ont suivi, cependant, une rivalité amère entre les deux hommes a à nouveau fait dérailler le processus électoral, tendant les liens avec les alliés occidentaux qui s’attendent à ce que le processus se termine « pacifiquement ».

Farmajo et Roble n’ont convenu d’une trêve apparente qu’en octobre et ont lancé un appel unifié pour que le processus électoral s’accélère. Les sondages pour la chambre haute sont terminés dans tous les États et le vote pour la chambre basse a commencé début novembre.

Cette évolution survient deux mois seulement après que les Nations Unies ont soulevé de sérieuses inquiétudes concernant les problèmes humanitaires dans le centre de la Somalie suite au déplacement de 100 000 personnes lors de combats entre les forces des milices pro-gouvernementales et de l’opposition.

Pour rappel, le groupe al-Shabab combat le gouvernement central somalien depuis plus d’une décennie, dans le but d’établir son propre régime. Les militants mènent fréquemment des attaques à l’arme à feu et à la bombe contre des cibles civiles et militaires, notamment des intersections très fréquentées, des hôtels et des bases militaires.

 

 

 

 

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com