Spread the love

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est déclaré préoccupé lundi par les risques d’un conflit militaire en Ukraine et a plaidé pour une intensification des efforts diplomatiques.

« Je suis profondément préoccupé par l’accroissement des tensions et les spéculations accrues sur un éventuel conflit militaire en Europe », a déclaré M. Guterres lors d’un point de presse à l’issue d’une réunion informelle avec des ambassadeurs du Conseil de sécurité pour discuter de la situation en Ukraine et autour de ce pays.

Depuis novembre, la Russie a massé plus de cent mille soldats aux frontières orientales ukrainiennes, suscitant l’inquiétude des Occidentaux, qui craignent une nouvelle opération militaire contre l’Ukraine, après l’annexion de la Crimée en 2014, parallèlement au conflit qui dure depuis huit ans avec les séparatistes dans l’est de l’Ukraine.

Les Etats-Unis affirment que la Russie pourrait attaquer l’Ukraine « à tout moment ». La Russie nie toute volonté agressive envers l’Ukraine, mais lie la désescalade à une série d’exigences, notamment l’assurance que ce pays n’entrera jamais dans l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN).

Pas d’alternative à la diplomatie

Le Secrétaire général de l’ONU a souligné qu’un conflit serait catastrophique en termes de souffrances humaines, de destructions et d’atteintes à la sécurité européenne et mondiale.

Il a souligné qu’il resterait complètement impliqué « dans les heures et les jours à venir » pour éviter un conflit et que l’équipe de pays des Nations Unies restait pleinement opérationnelle en Ukraine.

« Il n’y a pas d’alternative à la diplomatie. Toutes les questions – y compris les plus insolubles – peuvent et doivent être abordées et résolues dans des cadres diplomatiques. Je suis fermement convaincu que ce principe prévaudra », a-t-il dit, appelant au respect intégral de la Charte des Nations Unies.

« Le moment est venu de désamorcer les tensions et de désamorcer les actions sur le terrain.Il n’y a pas de place pour la rhétorique incendiaire. Les  déclarations publiques doivent viser à réduire les tensions et non à les exacerber », a ajouté le Secrétaire général.

Il a salué la récente vague de contacts et d’engagements diplomatiques, y compris entre chefs d’État. Mais, selon lui, il reste encore beaucoup à faire.

« J’attends de tous qu’ils intensifient ces efforts. J’ai offert mes bons offices et nous ne ménagerons aucun effort dans la recherche d’une solution pacifique », a-t-il ajouté.

Source : ONU

 

 

 

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com