Spread the love

Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration, a prêté serment, ce mercredi, en qualité de président du Faso, chef de l’Etat et chef suprême des forces armées nationales, devant le Conseil constitutionnel.

« Je jure devant le peuple burkinabè et sur mon honneur de préserver, de respecter, de faire respecter et de défendre la Constitution, l’Acte fondamental et les lois, de tout mettre en œuvre pour garantir la justice à tous les habitants du Burkina Faso », a promis ce mercredi, le président Damiba.

Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba s’exprimait mercredi, à Ouagadougou, au cours de l’audience solennelle de sa prestation de serment devant le Conseil constitutionnel, comme président du Faso, chef de l’Etat.

Le nouveau chef de l’Etat exerçait de fait ses responsabilités, depuis son coup d’Etat du 24 janvier 2022, contre le président déchu Roch Marc Christian Kaboré, pour son « incapacité  » d’enrayer les attaques terroristes qui frappent le pays depuis 2016.

Le lieutenant-colonel Damiba a prêté serment conformément à l’article 28 alinéas 1 et 2 de l’Acte fondamental du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) en date du 29 janvier 2022.

Cet article stipule que le président du MPSR est le président du Faso, chef de l’Etat, chef suprême des forces armées nationales, il est le garant de la magistrature et il prête serment devant le Conseil constitutionnel.

L’audience solennelle de prestation de serment a été présidée par le doyen d’âge du Conseil constitutionnel, Boureima Cissé.

Celui-ci a pris acte de la prestation de serment et rappelé au président Damiba, « l’ampleur  » de ses responsabilités et la « profondeur  » des aspirations du peuple burkinabè « qui ne demande qu’à vivre et s’épanouir dans la quiétude ».

« Votre prestation de serment intervient dans un contexte marqué par de grandes incertitudes dues à la grave et croissante crise sécuritaire que nous vivons. En cela, votre serment revêt une valeur toute particulière, au regard des attentes fortes et légitimes qu’il suscite », lui a-t-il dit.

Pour M. Cissé, le président Damiba a une obligation de résultat afin de redonner espoir à tous ceux qui sont préoccupés et victimes de la situation sécuritaire actuelle.

« Il est urgent et impératif de recouvrer toutes les parties occupées de notre territoire, ces zones occupées au grand malheur de nos braves populations qui ne demandent qu’à vivre en paix », a affirmé le doyen d’âge du Conseil constitutionnel au chef de l’Etat.

Le Conseil constitutionnel a aussi recommandé au président Damiba d’œuvrer à la préservation et au renforcement des libertés et droits fondamentaux.

« Ce peuple, (…) vous observe et attend beaucoup de votre action. Faites en sorte qu’il salue le résultat (de votre action) au cours et au terme de la Transition », a fait savoir M. Cissé au président Damiba.

Toutefois, le doyen d’âge du Conseil constitutionnel a rassuré le lieutenant-colonel Damiba, que l’institution « jouera pleinement, à chaque étape du processus de la Transition, le rôle qui est le sien, dans la perspective du retour à une vie constitutionnelle normale ».

Pour le lieutenant-colonel président Damiba, « ces moments difficiles doivent constituer pour le peuple burkinabè, un marchepied pour s’élever vers de meilleurs horizons ».

Et pour y arriver, il estime qu’ « il nous faut prendre collectivement conscience des efforts et des sacrifices à consentir ».

« Le MPSR pour sa part, assumera le rôle historique qui est le sien dans la droite ligne de sa vision », a rassuré le chef de l’Etat et de préciser que la restauration de l’intégrité du territoire national reste la priorité absolue du mouvement.

Agence d’information du Burkina

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com