Spread the love

La Russie déclare que sa décision de reconnaître les républiques du Donbass est due à la violation des accords de Minsk et à l’aventure militaire de l’Ukraine dans la région.

Dans son discours lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU) qui s’est tenue tôt mardi matin à la demande de l’Ukraine, à laquelle la France s’est jointe plus tard en raison de la décision de Moscou, le représentant permanent de la Russie auprès des Nations unies, Vasili Nebenzia, a a critiqué le gouvernement ukrainien pour avoir « saboté et détruit » les accords de Minsk.

Le diplomate russe a souligné que le principal facteur dans la décision du président russe Vladimir Poutine de reconnaître l’indépendance des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk (RPD et RPL) était le refus de Kiev de réduire les tensions dans la région orientale du Donbass et de résoudre les problèmes par un dialogue direct avec le dirigeants des républiques susmentionnées.

« Il est devenu clair que le Donbass était sur le point de vivre une autre aventure militaire ukrainienne, tout comme en 2014 et 2015. (…) Nous ne pouvons pas permettre cela. Par conséquent, le président de la Russie a tenu compte de l’avis des parlementaires et des membres du Conseil de sécurité russe », a ajouté Nebenzia.

De même, il a précisé qu’il ne s’agissait pas d’une décision soudaine de la part de la Russie, puisque Lugansk et Donetsk avaient déjà déclaré leur indépendance au moment de la signature des accords de Minsk en 2015, mais la Russie le reconnaît aujourd’hui .

Dans le même ordre d’idées, Nebenzia a précisé que cette mesure ne change en rien les parties impliquées dans les accords de Minsk, soulignant que la Russie n’est pas partie à ces documents.

Le diplomate russe a également dénoncé qu’en raison des hostilités à Kiev, quelque 60 000 citoyens de Donetsk et Lougansk se sont réfugiés sur le territoire de la Russie, à qui Moscou assure une protection, comme l’a promis le diplomate russe.

En ce sens, il a fait valoir qu’avec l’arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement en Ukraine en 2019, l’établissement de la paix et l’arrêt des effusions de sang dans ce pays étaient attendus, mais Kiev a tout fait pour détruire les accords. Avec tout cela, Nebenzia a souligné que Moscou accueille favorablement la diplomatie et s’efforce de trouver des solutions diplomatiques aux problèmes.

Sur quoi portent les accords de Minsk ?

En septembre 2014 et février 2015, avec la médiation de l’Allemagne, de la Russie et de la France, l’administration de Kiev de l’époque et les séparatistes de l’est de l’Ukraine ont signé les soi-disant accords à Minsk.

Les pactes comprenaient un cessez-le-feu dans la région et un échange de prisonniers, tout en permettant à l’Ukraine d’adopter un amendement constitutionnel qui donnerait au Donbass, la région où se trouvent les républiques indépendantes de Donetsk et de Lougansk, un statut spécial. À leur tour, les forces séparatistes se retireraient de la frontière entre l’Ukraine et la Russie.

Cependant, la mise en œuvre des accords a été entravée car les deux parties s’accusent mutuellement de violer l’armistice.

Les tensions actuelles se sont déclenchées le 17 février dernier et après les  bombardements des forces ukrainiennes  contre la République de Lougansk au milieu de la trêve récemment approuvée entre Kiev et les pro-russes. En revanche, le porte-parole des forces de Donetsk, Oleg Nikitine, a indiqué jeudi que les forces de cette République indépendante  devaient ouvrir des tirs de représailles  pour supprimer les armes de l’ennemi afin de protéger les civils.

En fait, les tensions entre l’Ukraine et les pays occidentaux avec la Russie existent depuis 2014 et ont récemment explosé, après que l’Occident a accusé Moscou de vouloir envahir l’Ukraine. Des accusations que le Kremlin considère comme une guerre médiatique.

Source : Hispan TV

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com