Spread the love

 (AMAP)- Les perspectives macroéconomiques indiquent une reprise de l’activité économique, en 2023, avec un taux de croissance réel attendu à 5,3%, contre 3,5% en 2022,  a annoncé, lundi, le ministre de l’Économie et des Finances, Alousséni Sanou.

« L’inflation se stabilise tournant autour de 2% et la prudence sera observée en matière de politique budgétaire », a précisé M. Sanou, au lancement du processus budgétaire 2023 qu’il a présidé, par visio-conférence, dans lson département.

Le processus budgétaire permet, entre autres de fixer le cap, d’allouer les moyens et de déterminer les objectifs. La conférence de lancement du processus budgétaire est devenue une tradition bien ancrée au Mali depuis quelques années. Elle apparaît comme  un rendez-vous majeur de dialogue entre le gouvernement et ses partenaires.
En la matière, cette conférence abordera trois thèmes importants. Ils se rapportent à l’articulation entre la réforme budgétaire et la réforme administrative : enjeux et défis ; la pratique de l’évaluation des programmes : forces et faiblesses des outils et du dispositif, et l’animation du dialogue de gestion au cours du processus budgétaire : acteurs, processus et enjeux.
Elle se tient dans un contexte quelque peu favorable. « L’économie malienne a renoué avec la croissance en 2021 après la contraction de 2020 liée à la Covid-19 et aux conséquences de la situation sécuritaire », a fait noter le ministre de l’Économie et des Finances. Selon lui, le taux de croissance devrait s’accélérer en 2022 et 2023 pour atteindre respectivement 3,5% et 5,3%. L’inflation reste maîtrisée, nettement inférieure au critère de convergence communautaire fixé à 3%.
La politique budgétaire vise un déficit budgétaire de 4,9% du Produit intérieur brut (PIB) en 2023. Cela compte tenu de nombreux engagements du gouvernement notamment dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des travailleurs et des populations en général. «Il reste entendu qu’à moyen terme, la politique budgétaire s’inscrirait dans la dynamique du retour progressif au critère de convergence communautaire de 3%. Cette stabilité macroéconomique doit donc être consolidée et renforcée à travers une meilleure planification budgétaire pour une croissance économique durable et inclusive», a soutenu le ministre de l’Économie et des Finances.
Concernant l’année budgétaire 2022, elle suit son cours. Cela, malgré les sanctions économiques et financières imposées au Mali par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).
Pour y faire face, le gouvernement travaillera à l’amélioration de l’exécution budgétaire suivant le double objectif d’intensification de la mobilisation des ressources intérieures et de maîtrise des dépenses tout en maintenant la croissance.
S’agissant de l’exécution budgétaire au titre de 2021, Alousséni Sanou a rappelé que la mobilisation des recettes fiscales est plus satisfaisante que celle enregistrée en 2020. Le taux de pression fiscale a atteint 15,5% du PIB, contre 14,3% en 2020. L’exécution des dépenses, selon lui, « a été contenue dans la limite des dépenses prévues, soit 22,5% du PIB contre une prévision de 25,8% en 2020 ».
Le niveau de déficit budgétaire est ressorti à 4,7% du PIB nettement meilleur que la prévision de 5,5%. «Malgré le contexte difficile marqué par la situation sécuritaire, la pandémie de Covid-19 et ses impacts économiques sur les prix des denrées alimentaires, l’absence d’acte budgétaire général, nous avons pu contenir le déficit budgétaire à un niveau de 4,7% contre des prévisions estimées à 5,5%. Ce qui n’a pas impacté le taux de croissance qui est ressorti à 3,1%, contre -1,2 en 2020», a précisé le patron de l’hôtel des Finances.

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com