Spread the love

https://www.podcastics.com/podcast/episode/radioafriquemedia-international-sur-press-tv-le-zoom-afrique-audio-du-25-04-2022-la-soi-disant-force-wagner-au-burkina-faso-130106/
2e séquence sur le Zoom Afrique audio du 25 avril 2022 :
Incroyable mais vrai, les médias mainstream continuent leur même mode opératoire concernant le dénigrement des armées nationales africaines, sans prendre la moindre leçon de leurs erreurs. Le Mali a récemment suspendu les médias néocolonialistes RFI et France 24, et visiblement, le Burkina Faso est en phase d’emboîter le pas à Bamako.
Dans un article du 22 avril 2022, Radio France Internationale titrait :  » Burkina : Plus d’une centaine de civils auraient été tués lors d’exactions des forces armées « . En réaction à cette allégation, un communiqué parvenu à notre rédaction ce 24 avril 2022, signé du ministère de la défense et des anciens combattants les qualifie de « graves allégations ». Des enquêtes seraient en cours pour apporter la lumière sur ces accusations dont les forces armées nationales sont l’objet, précise la note. De telles accusations alors que l’armée nationale burkinabé se lance corps et âmes dans la lutte contre le terrorisme, son extrêmement grave et montre encore une fois la volonté des médias français à installer la peur et la méfiance au sein de la population burkinabé concernant l’armée nationale, Le ministre burkinabé de la Défense, Barthélémy Simporé, a réagi ce dimanche, aux allégations d’exactions qui auraient été commises par l’armée burkinabé lors d’une opération à Oudalan, selon RFI. Il a annoncé l’ouverture d’une enquête pour en tirer d’éventuelles conséquences.
En effet, l’un de ses articles qui accuse l’armée burkinabé d’exactions a fait réagir le ministre burkinabé de la Défense Barthélémy Simporé qui a pris le contre-pied du média. « Dans un article titré « Burkina : plus d’une centaine de civils auraient été tués lors d’exactions des forces armées et publié en ligne le 22 avril 2022, RFI se fait l’écho de graves allégations et d’exactions qui auraient été commises par les Forces Armées Nationales (FAN) », indique le communiqué du ministère de la Défense du Burkina Faso. Ainsi, poursuit le communiqué, RFI rapporte entre autres que suite à une opération menée dans certaines localités de la région de l’Oudalan, des soldats burkinabés « ont tué tous les hommes y compris des adolescents« .
Dans son communiqué, le ministère de la Défense du Burkina Faso a insisté sur le fait que les Forces de Défense et de Sécurité du pays « accomplissent leurs missions avec une conscience élevée du respect des Droits humains ». Il a, de ce fait, rappelé que « ses opérations visent prioritairement la protection des populations et leurs biens contre la violence aveugle des groupes armés ». Par conséquent, renchérit le ministre Barthélémy Simporé, les allégations de RFI sont totalement « aux antipodes de buts militaires ainsi que des valeurs et principes qui encadrent le concept et la conduite des opérations » de l’armée burkinabé. « Le Burkina Faso fait du respect des droits de l’Homme ; l’un des axes majeurs de sa stratégie nationale de lutte contre le terrorisme », a souligné Barthélémy Simporé. Le ministre Barthélémy Simporé a par ailleurs annoncé l’ouverture d’une enquête. Selon le ministre, cette enquête va permettre de tirer toutes les conséquences possibles. En tout état de cause, le ministre de la Défense rassure que « des investigations seront diligentées pour faire la lumière sur les graves allégations de RFI, afin de tirer éventuellement toutes les conséquences qui s’imposent », a précisé le communiqué publié par le ministère de la Défense du Burkina Faso ce dimanche 24 avril 2022. Après s’être fait humilié au Mali, RFI ou encore France 24 continuent sur la même voie, publier des allégations concernant l’armée nationale malienne ou burkinabé et risquer tout simplement de se faire suspendre,

Une contribution du geopoliticien Luc Michel

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com