Spread the love

Hier, lundi 21 février, le directeur général du commerce intérieur, M. Koizan Kablan Aimé, a été invité sur le plateau de l’émission « life talk » en direct de la chaîne Life TV.

A cette occasion, il était question de montrer pourquoi est-ce que le coût de la vie a grimpé d’une manière flagrante, puis, proposer des solutions.

Dans sa stratégie politico- médiatique, le Directeur général du commerce intérieur a imputé ce problème au climat ivoirien. Il a dit ceci: « la vie est devenue chère en Côte d’Ivoire parce qu’il ne pleut pas beaucoup ».

Cette assertion provient des officines du régime Ouattara et repris par certains médias et autres organismes pour noyer l’echec de l’ex- fonctionnaire du FMl, mais cette déclaration confirme l’ech de la politique sociale de l’actuel Chef de l’Etat ivoirien, Allassane Ouattara.

Atravers, l’article, nous présentons les vraies raisons de la hausse des prix de première nécessité en Côte-d’Ivoire, et notre boussole sera le document de la banque mondiale, intitulé « le douzième rapport sur la situation économique de la Côte-d’Ivoire ».

Selon le rapport de la banque mondiale, plus de dix millions de personnes doivent encore sortir de la pauvreté et la croissance est moins inclusive par rapport à la moyenne de l’Afrique subsaharienne. De grandes disparités régionales demeurent, les zones rurales comptent 68% des populations pauvres.

En outre, la croissance a été moins inclusive que dans d’autres  Pays d’ASS. Nous reviendrons sur le chapitre de la pauvreté en Côte-d’Ivoire.

Revenons au sujet, sous  le régime d’Alassane Ouattara, l’inflation globale a atteint son plus haut niveau depuis 10ans en 2021, se situant à 4,2%, contre 2,4% 2020 et 0,8 en 2019, soit 2,2 points de pourcentage au dessus de l’objectif de la banque mondiale.

Cette augmentation a été tirée par les prix des denrées alimentaires, qui ont contribué à hauteur de 2,3 points de pourcentage à la croissance de l’inflation, bien plus que d’autres composantes, comme le logement (+0,6 point de pourcentage).

Ces tensions sur les prix des denrées alimentaires  résultent de l’insécurité accrue aux frontières nord ainsi que l’augmentation du coût du fret qui est passé du simple au double du prix sur le premier trimestre 2021.

Notons que la hausse a toutefois été contenue par des mesures administratives et une mise en œuvre partielle du mécanisme automatique des prix des carburants.

Rappelons que l’inflation sous-jacente, hors énergie et produit alimentaires a également augmenté à 2,8 contribuant  à 1,7% à l’inflation globale ( contre 0,5% en décembre 2019).

En conclusion, la dette extérieure représente les deux tiers de la dette publique totale 80% sont  des emprunts commerciaux. La part de la dette commerciale extérieure a augmenté parallèlement aux émissions d’Eurobond et s’élève à plus de 50% de la dette totale des PPG. Les Eurobonds représentent environ 90% de la dette commerciale.

Nous y reviendrons.

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com