Spread the love

Après la défaite de l’Africa Sport d’Abidjan, hier, face au FC Yamoussoukro (2-1) au Stade Champroux de Marcory, le fervent supporteur, des « Vert-Rouge », Mimi Guede a rejeté la thèse de la malédiction et interpelle les dirigeants du club à mettre l’accent sur la formation des jeunes footballeurs car selon, via cette formation, ceux-ci recevront le venin, la hargne et surtout l’esprit de l’Africa Sport d’Abidjan.

Ci-dessous la contribution de Mimi Guède

« .
Nous ne sommes plus à l’ère des Serge Maggy Alain, Sékou Bamba ou Aboulaye Traoré. A cette époque, on pouvait recruter un joueur parce qu’il est le meilleur de son quartier ou de son village.

Aujourd’hui, le football est d’abord une école, il est comme tout métier auquel il faut se former depuis le bas âge pour devenir meilleur plus tard.

Aussi longtemps que vous recruterez des joueurs ici et là, sans une formation de base, mais juste parce qu’ils jouent bien au ballon, aussi longtemps, vous n’aurez que des semblants de victoires et la réalité de la professionnalisation du football vous rattrappera. Le talent inné ne suffit plus en football, il doit être accompagner d’un encadrement, la discipline, le partage, l’esprit d’équipe, le professionnalisme et la psychologie. Voilà pourquoi en Europe, chaque club dispose au moins d’un psychologue.


Detectez les garçons de 08 ans, 10 ans, 12 ans et prenez le temps de les former, de leur ingérer le « venin » de L’Africa, l’âme du club, ses valeurs, ses couleurs, son histoire, sa hargne, c’est de là que partent les victoires et c’est ce que font les clubs européens…

Bien evidemment, tout cela passe par des infrastructures sportives modernes.
Oui ! Il faut avoir les moyens, pour être meilleur. Comment pouvez-vous gagner, quand des joueurs optent pour L’Africa parce qu’ils n’ont pas une meilleure offre ailleurs ?

Quittez dans l’improvisation !

Une équipe de football se construit pour gagner à coup sûr et non pour espérer gagner quand les joueurs sont dans leurs bon jour. Cest révolus !

Un club sérieux ne recrute pas n’importe quel joueur, mais il a une réserve qui monte progressivement. La montée du Stade d’Abidjan en ligue1 n’est pas un hasard, le club est en construction avec un site de plusieurs hectares sur lequel, 2 milliards de francs seront investis pour se doter des infrastructures sportives ultra-modernes et passer à la formation de ses minimes et cadets, d’ici quelques années, vous les verrez rivaliser l’ASEC.

Quand l’environnement du club est sain et sécurisé pour l’avenir d’un footballeur, il ne peut que donner le meilleur de lui-même.
On dit souvent qu’il faut avoir les moyens de sa politique, mais je me demande si L’Africa a d’abord une politique avant de penser aux moyens. Si aux problèmes de moyens persistants, s’ajoute le manque de politique et vision, la descente aux enfers sera pour longtemps.
SINON, L’AFRICA N’EST PAS MAUDIT »

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com