Spread the love

C’est curieux. À peine 24 heures après le sommet de la Caspienne à Achghabat où les présidents iranien et russe ont parlé d’un approfondissement des liens stratégiques et alors même qu’il est bien question d’empêcher l’infiltration de l’OTAN en Caspienne par Bakou interposé, l’Ukraine crée la surprise. Et comment ?

Lors d’un appel téléphonique entre le ministre iranien des Affaires étrangères et son homologue ukrainien, les deux parties ont discuté de certaines questions d’intérêt commun.

Lors d’un appel téléphonique, le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a réitéré la position de principe de l’Iran dans son opposition à la guerre. Il a également évoqué la récente rencontre entre le président iranien Ebrahim Raïssi et son homologue russe Vladimir Poutine au Turkménistan et ses entretiens avec le ministre russe des Affaires étrangères, soulignant la position de l’Iran sur la nécessité de se concentrer sur la recherche d’une solution politique et d’éviter la guerre en Ukraine.

Amir-Abdollahian a souligné la volonté de l’Iran de rechercher une solution diplomatique et de faire de bons efforts pour mettre fin à la crise ukrainienne.

Le ministre iranien des Affaires étrangères a ajouté : « Nous avons annoncé dès le début que, tout en notant la cause profonde de la crise, nous sommes opposés à l’utilisation de la guerre et ne pensons pas que la guerre soit une solution appropriée aux problèmes. »

Amir-Abdollahian a également déclaré que les relations entre l’Iran et l’Ukraine ont toujours été fondées sur l’amitié, le respect et les intérêts mutuels au cours des trois dernières décennies, et que l’Iran est prêt à participer à l’accord visant à ouvrir un corridor pour le transport de céréales en mer Noire.

Le ministre iranien des affaires étrangères a également invité son homologue ukrainien à se rendre à Téhéran.

Pour sa part, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmitry Kuleba, a également remercié la République islamique d’Iran pour son opposition à la guerre. Kuleba a déclaré que l’Ukraine est prête à recevoir toute aide ou soutien politique pour mettre fin à la crise dans son pays.

M. Kuleba a également annoncé que l’Ukraine est prête à développer ses relations avec l’Iran, notamment dans les domaines de l’agriculture et des céréales. Il a qualifié de constructive la poursuite des discussions entre Téhéran et Kiev en vue d’élargir les liens.

Il a décrit la dernière situation de conflit dans son pays et a remercié l’Iran pour ses efforts précieux pour mettre fin à la guerre. M. Kuleba a ajouté qu’en raison de l’état de guerre, les conditions des pourparlers avec la Russie étaient difficiles. Le ministre ukrainien des affaires étrangères a également invité Amir-Abdollahian à se rendre à Kiev.

Mais pourquoi l’Ukraine se soutient-elle soudain de l’Iran à l’heure de grand rapprochement Téhéran-Moscou? La crainte d’une alliance militaire russie-Résistance? En tout état de cause le rapprochement Iran- Russie a pris une tournure inattendue.

En marge d’une réunion entre le PDG de la banque russe Sberbank et le ministre iranien de l’Industrie, des Mines et du Commerce, Reza Fatemi-Amin, le vice-ministre iranien du Commerce et chef de l’Organisation iranienne de promotion du commerce (OPC), Alireza Peymanpak, a fait état des accords et de la coopération financière avec la Sberbank, la septième plus grande banque d’Europe et l’une des plus grandes banques de Russie avec une grande portée financière.

Il a également annoncé les résultats positifs des négociations entre les deux parties dans le domaine du développement des relations bancaires et monétaires, des Fintech et des infrastructures virtuelles.

Peymanpak a décrit la présence de ces grands complexes financiers et bancaires comme l’un des facteurs garantissant l’expansion du commerce du pays fableau, indispensable à sa croissance industrielle.

Parmi les questions abordées entre les deux parties, Peymanpak a mentionné le développement des points de réseau existants dans le corridor Nord-Sud, le développement des lignes maritimes, des infrastructures portuaires, ferroviaires et logistiques.

Le chef de l’OPC a en outre annoncé une augmentation de 80% des échanges commerciaux entre l’Iran et la Russie au cours de l’année écoulée et a déclaré que « le commerce entre l’Iran et la Russie a atteint 4 milliards de dollars, ce qui est sans précédent dans l’histoire commerciale des deux pays ».

Et soulignant la communication efficace des hommes d’affaires iraniens dans diverses industries, il a exprimé l’espoir que bientôt le taux de commerce entre l’Iran et la Russie franchira la barre des 4 milliards de dollars et connaîtra une augmentation significative.

Selon lui, l’un des principaux sujets de la réunion avec les directeurs et le directeur général de la Sberbank de Russie était les canaux financiers et la coopération conjointe.

Faisant référence à la décision de la Russie de remplacer les importations par le développement de son industrie nationale, Peymanpak a décrit cette décision comme une bonne opportunité pour l’Iran de développer son commerce avec la Russie dans le domaine des appareils ménagers, de la construction navale, des questions liées à l’infrastructure et aux services techniques et d’ingénierie.

Il a mentionné l’ouverture du premier port maritime russe pour les conteneurs réfrigérés iraniens au cours des deux dernières semaines et a annoncé la volonté de l’industrie maritime iranienne de le développer dans un avenir proche avec de préférence des investissements conjoints entre l’Iran et la Russie.

Il a également appelé le développement de l’infrastructure de Bandar Anzali en tant que zone franche conjointe Iran-Russie comme une passerelle pour le développement du commerce avec la Russie.

« L’Iran prévoit d’augmenter ses exportations vers la Russie à 1 milliard de dollars en 2022, ce qui, bien sûr, nécessite une augmentation du nombre de terminaux douaniers iraniens aux frontières requises, ainsi que la résolution des lacunes dans le domaine du transport maritime », a-t-il déclaré.

Annonçant le doublement du volume des échanges entre les deux pays au cours des deux prochaines années, il a qualifié d’objectif réalisable l’augmentation des échanges entre les deux pays à 10 milliards de dollars par an d’ici 2025.

Source : Press Tv

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com