Spread the love

Dans le cadre de la politique de la communication du PPA-CI, le Porte-parole du PPA-CI, en collaboration avec la Commission Communication et Organisation des Manifestations (CCOM), le Ministre  Koné Katinan Justin était ce Vendredi 10 juin, face à la presse via l’émission politique dénommée «La Tribune de PPA-CI».

La prestigieuse émission s’est déroulé au siège de EDS, sis à Abidjan-Cocody.

Pour cette troisième émission émission, le porte-parole du PPA-CI et par deuxième Vice-président du CSP,  Justin Koné Katinan a abordé  la question relative à la levée des sanctions iniques de la CEDEAO imposées au brave peuple malien.

Notons qu’a cette émission « La Tribune du PPA-CI », Justin Koné Katinan a retracé les point saillant du sommet ordinaire de l’organisation sous régionale.

« Le 61ème sommet ordinaire de la CEDEAO s’est tenu au Ghana le 3 juillet 2022. Le sommet a passé en revue plusieurs questions touchant aux problématiques suivantes :

  la paix, la sécurité et la démocratie,

  les performances économiques, 

  la monnaie unique,

  la crise alimentaire, des mesures d’atténuation et de renforcement de la résilience des systèmes alimentaires en Afrique de l’Ouest, 

– le développement du capital humain, 

  la mise en œuvre d’autres programmes d’intégration régionale

– L’acte additionnel sur la classification des matières et mode de prise de décision par les instances statutaires de la CEDEAO

– Les questions institutionnelles.

Le PPA-CI reviendra en profondeur sur certaines des questions dont l’approche et les recommandations ne sont pas suffisantes à son avis. Il s’agit notamment : 

– la question de la libre circulation des biens et des hommes dans l’espace communautaire en rapport avec l’incompréhensible fermeture, à ce jour, de la frontière de la Côte d’Ivoire avec le Ghana ; 

– celle de la monnaie unique ECO et les réticences que l’on observe dans certains pays quant à la révision du protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance de 2001.  

En attendant, le PPA-CI revient sur la levée des sanctions iniques imposées au peuple malien décidée par le Sommet. L’on se souvient que lors d’un sommet extraordinaire sur le Mali, tenu le 09 janvier 2022, les Présidents et les Chefs d’État avaient pris une batterie de sanctions contre le Mali. Ces sanctions étaient libellées comme suit :

  fermeture des frontières terrestres et aériennes entre les pays de la CEDEAO et le Mali;

– suspension des transactions commerciales entre les pays de la CEDEAO et le Mali;

– Gel des avoirs de la République du Mali ainsi que des entreprises publiques maliennes dans les banques centrales de la CEDEAO;

– Suspension du Mali de toute aide financière des institutions financières de la CEDEAO, notamment la BIDC et la BOAD;

-Activation de la force en attente de la CEDEAO.

Le même jour, la Conférence des chefs d’Etat de l’UEMOA, réunie en session extraordinaire en marge du sommet de la CEDEAO, avait entériné les sanctions énoncées par ledit sommet.

Dans un communiqué publié le 11 janvier 2022, le PPA-CI avait dénoncé ces sanctions en ce qu’elles impactaient directement la vie, déjà difficile, du peuple Malien sans apporter une réponse adéquate à la situation intérieure du Mali en termes notamment de la sécurité mise en mal par le terrorisme. Une très forte opinion, à la fois politique et civile en Afrique, avaient condamné ces mesures de rétorsion contre le Mali. 

Par la suite, la Cour de Justice de l’UEMOA, saisie par les autorités de transition du Mali, a rendu l’ordonnance numéro 06/2022/CJ du 24 mars 2022, qui ordonna la suspension des sanctions en attendant qu’elle statuât sur le fond du litige dont elle était saisie. Le PPA-CI relève, avec regret, que l’UEMOA n’a pas déféré à cette décision qui émane de sa propre Cour de Justice. Ce qui nous donne une idée de la perception que nos Chefs d’État ont de la justice quand elle ne sert pas leur cause. Cette attitude de L’UEMOA apporte du moulin à l’opinion qui soutient que la levée des sanctions contre le Mali confirme l’égoïsme des dirigeants de la CEDEAO qui n’ont daigné lever opportunément ces sanctions qu’en raison de la Tabaski. En effet, le Mali étant un grand fournisseur de bétail pour certains pays, se priver de la fourniture du Mali en ces temps de Tabaski rendrait plus cher le mouton qui est l’animal essentiel du sacrifice de ce jour très saint pour les Musulmans. 

Donc, les sanctions injustes et asphyxiantes pour le peuple malien n’auraient été levées que parce que l’intérêt direct des populations des pays, dont les Présidents ont joué un rôle avant-gardiste de ces sanctions, est directement touché. C’est démarche égoïste tranche avec la solidarité qui justifie toute intégration régionale. », a-t-il expliqué

Poursuivant, le porte-parole du PPA-CI, Justin Koné Katinan a félicité la décision relative à la levée des sanctions puis a invité la Cedeao à tirer toutes les leçons de la crise malienne et d’arrêter la manipulation à des fins politiques

(Le PPA-CI) se félicite de la levée des sanctions;  salut le courage, la résilience et le patriotisme; du peuple Malien qui doit inspirer toute l’Afrique; réaffirme son soutien au peuple malien;  encourage les autorités de la transition à respecter le calendrier du processus de retour à une normalité constitutionnelle qu’elles ont élaboré;  invite la CEDEAO à tirer toutes les leçons de la crise malienne et d’arrêter la manipulation, à des fins politiques, des instruments économiques et financiers, notamment la BCEAO, contre les intérêts des peuples. Une telle pratique discrédite notre volonté d’intégration sous-régionale. Le Peuple Malien a démontré à suffisance qu’aucune force ne peut arrêter la volonté d’auto-détermination d’un peuple. », a-t-il conclu.

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com