Spread the love

Dans le cadre de la mission d’évaluation et d’implantation des comités de base (CB) initié par la haute direction du Parti des Peuples Africains- Côte-d’Ivoire (PPA-CI) sur toute l’étendue du territoire national une délégation, conduite par le Vice-président Exécutif (VPE) le Professeur Gnagne Yadou Maurice, chargé de l’Encadrement des Représentations du Parti à l’Etranger et de la Diaspora, s’est rendue dans la Région de la Mé et plus précisément dans les Fédérations d’Adzopé commune et sous-préfecture.Aucune description disponible.

Cette mission avait pour objectif de vérifier et évaluer sur le terrain le travail réalisé par les « Camarades » Fédéraux intérimaires et leurs collaborateurs, avec la participation effective des cadres de cette Région, et plus spécifiquement d’Adzopé. Il s’agissait, pour le Vice-président Exécutif, le Professeur Gnagne Yadou Maurice, d’évaluer sur le plan quantitatif l’effectivité de l’implantation des CB dans les Fédérations de ce Département de la Mé. Aucune description disponible.

 

Aussi, ce samedi 16 juillet, dès les premières heures de la matinée, la délégation comprenant, outre le VPE, la Vice-Présidente du BEN intérimaire de la Ligue des femmes, la Camarade Akré Sonia, et le Camarade Lebai Sékane Guillaume, Membre du Cabinet du VPE Gnagne, chargé de la Communication, ont-ils été accueillis avec enthousiasme et ferveur au domicile privé du Ministre Léon Monnet, fils de la Région et par ailleurs Membre de la Direction du Parti.Aucune description disponible.

Cette mission qui se voulait une séance de travail en vue de la vérification du travail accompli par les « Camarades » de la Région, réunissait : le Coordinateur Régional Adjoint le Camarade Brou Brou Philibert, en l’absence du Coordinateur de Région empêché, le Ministre Léon Monnet, la Camarade Adja Madeleine, Présidente de la Ligue des femmes PPA-CI Adzopé commune, le Camarade Adou N’Cho Ernest, Commissaire Électorale Régional (CER) de la Mé, les 7 Fédéraux intérimaires représentants les 7 Fédérations du Département d’Adzopé, et enfin des militantes, militants, sympathisantes et sympathisants du Parti.

Suivant le conducteur de la séance de travail, notamment de présentation des résultats, les 7 fédéraux intérimaires sont passés à tour de rôle pour porter à la connaissance de l’Assemblée les résultats de leur travail.

Assurant le Secrétariat de la séance de travail, la Camarade Akré Sonia a été chargée par le VPE, de remplir les fiches à la disposition de la délégation, chacun des Fédéraux remettant en fin de présentation un document contenant les résultats de son exposé tels que présentés. Aucune description disponible.

Notons qu’au cours des travaux avec la délégation du Parti, les différents Fédéraux ont présenté les résultats partiels obtenus sur le terrain. Et conformément au conducteur de la séance de travail, ils ont énuméré les problèmes et autres difficultés qu’ils ont rencontrées dans l’exécution de leurs missions. Ils nous ont ensuite donné l’assurance, malgré les difficultés rencontrées, qu’ils prennent l’engagement ferme de poursuivre le travail d’installation des Comités de Base pour permettre une solide implantation du PPA-CI dans cette région symbole de la lutte du Président Gbagbo. Aucune description disponible.

L’objectif visé ici, c’est de permettre la reconquête du pouvoir d’Etat aux échéances des élections générales de 2025 avec le Président Gbagbo. Prenant la parole à son tour, le Chef de délégation a salué, au nom du Parti et de son Président, l’Assemblée et le travail commencé par les Camarades Fédéraux. Il a encouragé tous les acteurs du processus, et les a exhorté à continuer à mailler le terrain par un travail assidu et efficace.

Pour ce qui concerne le droit d’adhésion, le chef de délégation a informé l’Assemblée que le Parti a décidé d’échelonner le paiement du droit d’adhésion, en vue de soulager nos Camarades militants qui éprouvent des difficultés. Sur ce point précis, il est revenu sur la Solidarité, vertu essentielle du Socialisme, qui doit inciter les camarades à s’entraider, mutualiser leurs moyens, en termes d’aide aux autres Camarades en difficulté pour que tous et toutes puissent adhérer au Parti de leur cœur. Un appel est lancé aux cadres dans ce sens.Aucune description disponible.

Au chapitre des problèmes soulevés dans l’exécution de leur mission, 5 points ont été soulevés par les Fédéraux :

  • l’impact négatif des autorités sur les militants de notre parti, sous la forme d’intimidation, de chantage à l’emploie et au développement de la région, et d’achat de conscience des militants,
  • la peur de certains militants et militantes qui vivent encore le traumatisme de la crise passée ;
  • la pauvreté qui a gagné du terrain dans des proportions dramatiques ;
  • le manque de formation politique des militants et militantes qui les fragilise ;
  • la boisson et la consommation de drogue dans les villes et les villages au niveau de la jeunesse. Toutes choses qui tuent en eux le militantisme comme seule voie de leur libération et leur épanouissement.Aucune description disponible.Aucune description disponible.

Prenant la parole, le chef de délégation va passer en revue ces différents points pour rassurer l’Assemblée.

Abordant le premier point il dira que « les agissements des autorités dans les régions, pas que dans la Mé, par les intimidations des militants des autres Partis politiques, le chantage au sous-développement des régions vis-à-vis des populations qui voudront continuer à militer dans les Partis d’opposition, et l’achat des consciences des citoyens libres de leur choix, montrent le recul de la Démocratie dans le pays et la déliquescence de l’Etat de droit. C’est même une honte pour un pouvoir de procéder par ces méthodes. »

Aucune description disponible.

« Ces méthodes honteuses, dira-t-il, ont fait reculer notre pays de 40 ans dans son ambition de refondation comme nous l’avions incarné jadis. Devant ces comportements les militants doivent s’armer de leur conviction en quoi ils croient pour un vrai développement national partager par toutes les régions du pays, sans considération d’appartenance à un Parti politique quel qu’il soit. L’Etat est un bien commun à tous les citoyens, et son devoir régalien c’est de garantir 5 droits fondamentaux aux citoyens : le droit à l’éducation, le droit à la santé, le droit au logement, le droit à la sécurité et enfin le droit au bien être. Ce sont là les valeurs qui fondent l’Etat social que proclame le PPA-CI dans son manifeste. Un Etat qui ne peut garantir ces 5 droits fondamentaux est un Etat failli, un Etat qui a échoué dans sa gouvernance pour le bonheur des citoyens, dans le sens noble de l’art de la politique. Pire, procéder par l’achat des consciences des citoyens, pour des progressistes que nous sommes, tuent la conscience du citoyen, fragilise l’Etat et le met à la merci d’aventuriers. »Aucune description disponible.

« Quant à la peur du traumatisme subit par les populations, cela peut se comprendre. Mais cela est intolérable que nous restions encore là à nous morfondre, attendant un messie pour nous sauver. Nous devons dépasser cette peur. En réalité nous devons éviter d’avoir peur de notre propre peur. Car le monde change à une vitesse vertigineuse, et ce qui était possible hier ne l’est plus aujourd’hui. Observez autour de vous l’actualité ici et dans le monde pour comprendre les changements qui s’opèrent sous nos yeux. Regardez Camarades d’où nous venons depuis 2011. Beaucoup d’entre nous ne croyait même pas que le Président allait être libéré et revenir au pays. Mais grâce à vos prières et votre foi dans le destin de ce pays, à votre engagement, à votre opiniâtreté à faire éclore la vérité, le Président Gbagbo Laurent a été libéré, il est rentré au pays, et a repris le combat là où il l’avait laissé provisoirement. De quoi devrions-nous avoir peur ? De notre propre peur ? Alors tuons cette peur en nous et avançons dans le respect de nos valeurs, notamment de dialogue. N’oublions pas que ‘’l’asseyons-nous et discutons’’ est l’un des contenus fondamentaux que nous avons pris en vidant l’enveloppe.»Aucune description disponible.

Abordant le point sur la pauvreté, le chef de délégation dira : « Justement c’est cette peur qui nous maintient dans la pauvreté dont vous parlez ; une pauvreté qui est la chose la mieux partagée par les Ivoiriens incapables de s’organiser pour exiger de l’Etat leurs droits fondamentaux en tant que peuple, et le respect de ces droits.»Aucune description disponible.

Il poursuit : « Et c’est aussi vrai, que la formation politique et l’enseignement qui s’adresseront aux militantes et militants, bref au peuple, pour qu’ils comprennent le monde d’aujourd’hui tel qu’il va, leur donneront les moyens pour se comporter en militants disciplinés, convaincus et fidèles, et en un citoyen du monde devenu un village planétaire avec le développement des réseaux sociaux. L’école du Parti qui est une Institution du Parti se chargera de cette tâche d’utilité politique et publique. Cette formation contribuera, j’en suis certain, à donner les moyens aux citoyens de revendiquer ses droits fondamentaux, et reconnaitre ses devoirs vis-à-vis de l’Etat, et de la République, un bien commun à tous les citoyens sans exclusif.»Aucune description disponible.

Aucune description disponible.

Aucune description disponible.

Aucune description disponible.

« C’est aussi vrai, et le constat est fait par plusieurs organisations de notre société. La consommation de drogue, de boisson et autres produits et habitudes malfaisants détruisent notre jeunesse rurale et urbaine ; leur font perdre tous les repères et les échelles de valeurs de notre société jadis heureuse et prospère. Une société qui savait se garder de franchir la ligne rouge des valeurs traditionnelles et modernes, autant d’interdits qui fondaient ce bonheur et cette prospérité. Et cela finit par faire d’eux des citoyens de seconde zone, passablement inconscients de leur engagement politique à se battre pour leur bien-être collectif et individuel. Et c’est cette jeunesse fragilisée qui est recrutée pour des aventures destructrices de notre société.»Aucune description disponible.Aucune description disponible.

Et interpellant l’Assemblée, il conclura cet exposé sur les difficultés par une réflexion personnelle tenant compte du contexte actuel : « Camarades sachez une chose, dira-t-il, qui doit nous guider et raffermir notre conviction dans le combat qui est le nôtre. Nous sommes en plein changement d’un ancien monde qui tarde à mourir pour laisser place à un nouveau monde de paix, de bonheur, du respect de la vie humaine, et des valeurs qui fondent notre humanité. Un monde refondé sur des valeurs humaines saines ; un monde humaniste. Mais ce qu’il faut savoir dans cette dynamique de changement de monde, c’est qu’alors apparait une période de clair-obscur, dans la transition entre ces deux mondes. Une période de clair-obscur où apparaissent des démons, des monstres incarnés par des postures de reniement à ses convictions, de trahison, et que sais-je encore, justement par cet achat des consciences entre-autres, qui détruisent l’Etat Social garant des 5 droits fondamentaux, constitutionnels dans certains pays, que j’ai cités plus haut, qui garantit le bonheur du peuple. Il faut devant un tel danger qui guette notre société et nos militants fragilisés se cramponner à ses convictions, se convaincre de sa sincérité dans le combat dans lequel on est engagé, pour ne jamais faillir ni vis-à-vis de soi-même, ni vis-à-vis de ses camarades.»Aucune description disponible.Aucune description disponible.

« Voici ce que j’avais à dire sur les points des difficultés que vous avez relevées.

Ces choses-là vous devez les répéter à nos militants Camarades Fédéraux ! Il y va de la qualité de notre militantisme. »

Revenant sur les résultats des travaux, le Chef de délégation a exhorté le Coordinateur Régional et son adjoint présent, à continuer le travail pour que les enrôlements soient effectifs sur des fiches individuelles qui seront remises au Secrétariat Général pour la centralisation des données de la Région. Nous allons donc revenir pour une autre évaluation concrète des données.Aucune description disponible.Aucune description disponible.Aucune description disponible.

Au terme des travaux, le Coordinateur Adjoint, Brou Brou Philibert a exprimé sa gratitude à la délégation de la Direction du parti puis à pris l’engagement de corriger les imperfections qui ont émaillés le travail. Enfin, il a transmis le message d’Adzopé au chef de délégation, le Professeur Gnagne Yadou Maurice, en ces termes :Aucune description disponible.
« Si vous partez, notre seul commission que nous pouvons et tenons à vous donner, c’est de dire aux responsables du Parti qu’Adzopé et la Région de la Mé se sont engagés à accompagner le Président Laurent Gbagbo dans son combat de libération de notre pays. Adzopé était là hier, elle est là aujourd’hui, et le sera demain», a-t-il déclaré. A sa suite le Ministre Léon Monnet prendra la parole pour remercier la délégation pour le travail accompli et a demandé aux structures à se mobiliser davantage pour réussir le challenge de la mobilisation dans la Région de la Mé.Aucune description disponible.

Une photo de famille a mis fin à la rencontre qui, commencée à 11 heures, s’est terminée à 14 heures suivie d’un repas. La délégation a rejoint Abidjan à 19heures30.

 

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com