Spread the love

LICENCIEMENT EN CASCADE DANS LA PRESSE IVOIRIENNE
DECLARATION DE L’UNION JOURNALISTES ET PROFESSIONNELS DE LA COMMUNICATION DE YOPOUGON (UJPCY)
Nous apprenons avec beaucoup de douleur le licenciement de quinze (15) de nos consœurs et confrères des Editions « LE REVEIL », éditrices du quotidien « Le Nouveau Réveil » depuis le 12 Août 2022.
Ce licenciement massif pour motif économique qui fait suite à une mise en chômage technique de quatre (4) mois des agents de ladite rédaction, nous interpelle au plus haut point.
Et pour cause, elle intervient après le licenciement d’une dizaine d’agents du Groupe Cyclone, éditeur du quotidien « LE TEMPS » en 2020.
C’est l’occasion pour nous d’exprimer notre solidarité à nos consœurs et confrères qui se voient privés de leur gagne-pain, compromettant ainsi l’avenir de nombreuses familles à quelques mois de la rentrée scolaire.
Cette situation précaire des médias en Côte d’Ivoire, accentuée par les répercussions du Covid-19 sur la situation financière déjà difficile des entreprises de presse et la cherté de la vie, mérite une attention particulière des autorités nationales.
C’est pourquoi, nous voudrions exhorter le Gouvernement à prendre à bras le corps les difficultés qui plombent l’activité de formation et d’information des populations que sont :
– La mauvaise distribution des journaux sur l’ensemble du territoire national ;
– L’augmentation du coût d’impression ;
– Le coût élevé des intrants de production.
Les médias qui, depuis leur origine, joue un rôle clef dans le processus démocratique des nations, ont besoin d’une attention particulière et d’un accompagnement des pouvoirs publics, afin d’assurer son rôle de catalyseur et de baromètre de la démocratie.
Aussi, voudrions-nous inviter le Gouvernement à créer un cadre d’échanges et de dialogue avec tous les acteurs et les partenaires, afin de sauver l’écosystème qui risque de s’effondrer si rien n’est fait.
En attendant les états généraux de la presse pour passer en revue toutes les questions relatives à la viabilité des entreprises de presse en Côte d’Ivoire, une subvention à l’impression octroyée à toutes les entreprises sans distinction, l’exonération des intrants de production, une distribution équitable de la publicité institutionnelle et une aide à la distribution des journaux, pourraient constituer une bouffée d’oxygène pour les entreprises de presse qui croulent sous le poids d’énormes obligations financières et fiscales.
Par ailleurs, l’Union des Journalistes et Professionnels de la Communication de Yopougon (UJPCY), soutient pleinement et entièrement la proposition d’octroi par le Gouvernement d’un taux de 0,08% du budget de l’Etat, soit environ huit milliards de francs CFA, comme subvention de l’Etat en faveur de la presse locale, émise par le président de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI), Monsieur Jean-Claude Coulibaly.
L’Union des Journalistes et Professionnels de la Communication de Yopougon, tout en réitérant son soutien et sa solidarité aux consœurs et confrères déflatés, espère vivement que le Gouvernement entendra le cri du cœur de toute la corporation qui se meurt à petit feu, et ainsi permettre aux journalistes et professionnels de la communication de sortir de la précarité.

Fait à Abidjan, le 22 Août 2022
Pour l’UJPCY
Le Président
DANGUI Dangui

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com