Spread the love

𝗘𝗡 𝗧𝗢𝗨𝗥𝗡𝗘́𝗘 𝗗𝗔𝗡𝗦 𝗟𝗘 𝗛𝗔𝗠𝗕𝗢𝗟, 𝗟𝗘 𝗠𝗜𝗡𝗜𝗦𝗧𝗥𝗘 𝗝𝗨𝗦𝗧𝗜𝗡 𝗞𝗔𝗧𝗜𝗡𝗔𝗡 𝗞𝗢𝗡𝗘́ 𝗟𝗜𝗩𝗥𝗘 𝗗𝗘𝗦 𝗠𝗘𝗦𝗦𝗔𝗚𝗘𝗦 𝗙𝗢𝗥𝗧𝗦 𝗔𝗨 𝗣𝗘𝗨𝗣𝗟𝗘 𝗗𝗝𝗜𝗠𝗜𝗡𝗜

Le Ministre Justin Katinan Koné 2ème vice-président du Conseil Stratégique et politique(CSP) et Porte-Parole du PPA-CI effectue depuis dimanche 21 août 2022 une tournée dans la région du Hambol qui s’achèvera le 31 août. Cette région située au Nord du pays comprend les départements de Katiola, Dabakala et Niakara. La tournée a pour objectif de rencontrer les militants PPA-CI de la région mais aussi de livrer aux population le message de paix et de réconciliation du Président Laurent Gbagbo, Président du Parti des peuples Africains Côte d’Ivoire(PPA-CI). Meetings, visite de civilités aux autorités administratives et coutumières et visites de compassion meublent cette visite.

C’est par le département de Dabakala que le Porte-Parole du parti a débuté la tournée. Ainsi dimanche 21 août, le Ministre Justin Katinan Koné a animé un grand meeting à Dabakala après deux escales, d’abord à Boniérédougou et ensuite à Kadiéhoulé-Sourdian.
A toutes les étapes étaient présents des représentants du PDCI-RDA, parti allié. Partout le message a été presque le même avec une note particulière au meeting de Dabakala.

𝘾𝙞-𝙙𝙚𝙨𝙨𝙤𝙪𝙨 𝙙𝙚 𝙡𝙖𝙧𝙜𝙚𝙨 𝙚𝙭𝙩𝙧𝙖𝙞𝙩𝙨

Je voudrais d’abord saluer les chefs traditionnels. J’ai fait le Ghana. Au Ghana la chefferie est forte. Ça fait que, en cas de problèmes politiques difficiles, quand les chefs traditionnels se lèvent pour parler, tout le monde se met dans le rang. Ils ont réussi cela pourquoi ? Parce que les chefs sont restés chef. Ils ne sont pas des agents politiques. Et celà est très important(…)

Je nai pas aimé la théorie : « faisons la guerre parce que le nord est délaissé ». Si tu aimes ton pays, tu n´as pas besoin d’être ministre ou président avant d’y investir. On te connaît parce que tu le faisais avant. Si vous allez voir les maisons qu’ils ont construites à Assinie, allez-y les comparer avec celles qu’ils ont au village. Si vous construisez à Assinie, comment votre village peut devenir joli. Un matin on se lève on on dit: on es en retard. Non, personne ne nous met en retard(…)

Je suis venu vous transmettre le message du président Laurent Gbagbo. C’est un message de paix et de réconciliation. Il a prêté serment le 26 octobre 2000 et le 8 janvier 2001,il a commencé à avoir des problèmes.

Le 19 septembre 2002 la rébellion a commencé. Il s’est battu pendant 8 ans pour que la paix revienne dans son pays. Il a passé tout son temps à chercher la paix. Il a même nommé les chefs rebelles dans son gouvernement. On a fait les élections, et il y a eu un litige autour des résultats. Nous avons dit que nous avons gagné. Les autres disent qu’ils ont gagné. Cela arrive dans les pays du monde. Actuellement au Kenya c´est ce qu’il passe. On pouvait recompter pour désigner le vainqueur. Et c’est ce que le Président Gbagbo a demandé et ils ont refusé. Ils ont fait la guerre.

Voyez vous, J’étais au Ghana quand j’ai écrit à mes parents du Nord. Il y a des politiques,quand ils posent des actes posons notre ambition ils oublient qu’il y a des conséquences derrière. On a arrêté tous les enfants du Sud et on les a envoyés en prison au nord. Je ne sais pas si vous voyez l’image. J’ai fait un courrier pour dire : nos parents ne doivent pas accepter ça parce que ce n’est pas bon pour l’image de la Côte d’Ivoire. C’est comme si au Nord, nous disons que nous sommes tellement forts que nous sommes allés chercher les enfants des autres pour envoyer chez nous et les emprisonner.

La politique c’est la contradiction. Ce n´est pas l´ethnie. La politique c’est je t’offre, tu m’offres. La politique c’est qu’est ce que je vais faire pour vous ? C’est pourquoi je vous dis, il faut que nous apprenions à mieux faire la politique sans la violence mais, on doit se dire les vérités(…)

Je suis parti en exil au Ghana, je suis revenu, et mes parents vont toujours au champ avec la daba. Qu’est ce qui a changé? Qu’est-ce qui a changé dans notre pays ? Qu’est ce qui a justifié les armes qu´on a prises pour faire la guerre? On a pris les armes pour faire la guerre parce qu’on voulait que quelqu’un soit président. Qu’est ce qui a justifié celà ? Plus jamais, vous ne deviez répondre à l´appel de quelqu´un vous invitant à aller faire la guerre.

Tout l’argent de la Côte d’Ivoire travaille à Abidjan. On fait pont ici, on fait des échangeurs, on fait des routes. Mais enfin, mes parents sont Tagbana, ils sont Djimini, vous faites quoi pour eux ? Mes parents ont faim. La politique, on la fait pour les hommes. On ne s’assoit pas pour dire j’ai fait croissance. Mes parents ne connaissent pas croissance. Mon papa qui est assis là bas, lui son problème, comment faire pour que son enfant aille à l’école? Comment faire pour que son enfant ait du travail ? Comment faire pour ne pas manger riz qui est cher ?
Quand il pense ainsi et que tu viens lui parler de ta croissance, il ne se sent pas .

Mais est-ce que nous les africains, nous ne sommes pas intelligents? C´est parce qu’on n’est pas courageux. Les gens courageux comme le président Laurent Gbagbo qui disent qu´il faut attaquer les problèmes de l’Afrique pour être libre, ce sont eux qui nous manquent.

Demandez aux Maliens ce qu´il se passe. Ils pensaient que c’était nous en 2000. Le même problème est arrivé chez eux. Cest le même système qui pense que nous les Noirs, nous devons être pauvres et ils doivent être riches.

Ce sont eux qui doivent choisir qui doit être à la tête de nos pays juste pour leurs intérêts. Si ton choix n’est pas le mien pourquoi est ce que je dois être d’accord forcément.

Quand Gbagbo est venu il a dit que l´un de nos problèmes, c’est la dette et qu´il faut qu’on quitte dans ça. Il s’est battu pour rembourser cette dette. Au moment où il quittait le pouvoir, c’était autour de 2000 milliards. Aujourd’hui, nous sommes à plus de 20 000 milliards.

Le président Laurent Gbagbo après 8 ans de prison pouvait aller s’asseoir au village, mais il a dit « si je vais m’asseoir, ce n’est pas bon parce que mon pays va vers un danger. Je dois donc créer un nouveau parti qui n’est pas seulement pour la Côte d’Ivoire mais pour toute l’Afrique et qui fera face aux problèmes de l’Afrique. Car que Maliens, Burkinabé,ivoiriens, on a un seul ennemi qui est le système qui nous exploité.

La politique, il faut regarder celui qui est capable de vous apporter quelque chose.
Aujourd’hui chacun a regardé et a vu.

En 2025, on va se débrouiller, Gbagbo va revenir au pouvoi. Je le dis avec sérieux. On est à Abidjan. Quand on veut venir ici, on nous dit non, le Nord, c’est pour le RHDP. Moi, je suis d’Arikokaha donc je suis d’ici. Alors, le Nord ne peut pas appartenir à un seul parti. C’est pour nous tous. Tu viens, tu parles à mes parents, moi, je viens, je leur parle et ils vont choisir celui qui dit la vérité. Si nous tous nous chassons un seul gibier, l´abouti par exemple et qu´on nous déconseille la biche. Le jour que qu´il n´y aura plus d’aboutir, qu’allez-vous manger ? Donc aidez Bacounadi et Kouadio à installer le PPA-CI ici pour que le jour où le RHDP n’est pas là-et ça va arriver, car un seul parti ne peut rester éternellement au pouvoir-vous ayez aussi des cadres au pouvoir.

Vous êtes ici, l´anacarde est mal payé , pour les concours, il faut payer or vous n’avez pas d’argent, le prix du sac de riz augmente de façon vertigineuse, mais vous dites que c’est ce parti là on veut. Si vous êtes dans cette même position, ce n’est pas bon.

Je suis venu vous dire de la part du président Laurent Gbagbo qu’il a créé un nouveau parti qu’il met à votre disposition. »

𝙇𝙖 𝙛𝙖𝙪𝙨𝙨𝙚 𝙘𝙤𝙣𝙙𝙖𝙢𝙣𝙖𝙩𝙞𝙤𝙣 𝙙𝙚 𝙇𝙖𝙪𝙧𝙚𝙣𝙩 𝙂𝙗𝙖𝙜𝙗𝙤

 » Nous sommes pour la paix et la réconciliation et le président Laurent Gbagbo y travaille. Avec son grand frère Henri Konan Bédié, ils essaient de marcher avec le Président Alassane Ouattara pour créer les conditions de la paix. Mais, il faut que la paix soit juste. Parce que c’est l´injustice qui qui envoie les problèmes.Et l´une des injustices, c’est cette histoire de vouloir faire passer le Président Laurent Gbagbo pour un voleur. Qu´il a volé l’argent de la BCEAO. Nous au PPA-CI,on ne peut pas accepter ça.

Si on traite ton papa de voleur alors qu’il n’a rien volé , peux-tu accepter ça? Nous voulons la paix mais il faut créer les conditions de la paix.
Le président Laurent Gbagbo était président de la République.On a eu des problèmes, et le président a pris des dispositions pour que les banques puissent fonctionner afin qu´on paie les fonctionnaires y compris le juge qui a dit que Gbagbo a volé et l´a condamné à 20 ans. Lui-même, il a été payé avec cet argent. Les mois de janvier, février, mars 2011, il a été payé avec cet argent, il a pris ça pour nourrir ses enfants et il est venu s’asseoir et à l´absence du Président Laurent Gbagbo, il a dit qu’il le condamne à 20 ans de prison Donc, si tu condamnes quelqu’un qui a pris l´argent qu´il t´a donné, c’est que tu dois te condamner aussi car toi même tu es un receleur.

Alors, chers parents, parlons à nos frères qui font la politique. C’est ce que tu as mangé qui fait que les toilettes sentent mauvais. Donc si on continue de mettre dans notre ventre, l´injustice, ce qui va ressortir va sentir mauvais. Donc, faisons en sorte qu’il n´y ait plus d´injustice dans ce pays. Et nous, au PPA-CI, s´il y a une question non négociable, c’est la fausse condamnation du président Laurent Gbagbo. Parce que pour cette affaire, quatre personnes étaient poursuivies.

Il y avait moi qu´on disait être le voleur principal et mes complices étaient le président Laurent Gbagbo, le Premier ministre Aké N´Gbo et le ministre de l´Économie et des Finances Désiré Dallo. On a pris une loi d´amnistie pour dire que moi, le presumé voleur principal, on a effacé ma peine. Mais pourquoi pour le complice Gbagbo, la peine continue? Le Premier Ministre Aké N´Gbo, le ministre Désiré Dallo, leurs peines sont effacées. Pourquoi c’est seulement pour le Président Gbagbo qui n´est pas effacé? Ne faisons pas des choses qui ne sont pas bonnes. Ne remettons pas notre pays dans des problèmes.

Et je vais finir par ça. Pour nous au PPA-CI, cette histoire doit se régler de façon politique comme l´a recommandé le dialogue politique. Et elle doit se régler définitivement pour qu´on en finisse avec la crise de 2010 et qu´on reparte sur de nouvelles bases pour une nouvelle Côte d’Ivoire. Mais tout autre calcul qui va porter sur la dignité du président Laurent Gbagbo, nous n´allons pas accepter ça. Quelqu’un qu´on a envoyé en prison à la CPI, on a fouillé et on a dit qu´il n’a pas d’argent, donc on le déclare indigent, vous, vous dites qu’il a volé 380 milliards de la BCEAO et qu´il est condamné à 20 ans, on n´acceptera pas ça. Et c’est non négociable. »

Source : Sercom JJK

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com