Spread the love

L’Iran et la lRussie ont rejeté les allégations sans fondement selon lesquelles Téhéran aurait fourni à Moscou une flotte de drones à utiliser dans la guerre en Ukraine.

S’adressant aux journalistes après une réunion à huis clos du Conseil de sécurité hier mercredi 19 octobre, l’ambassadeur d’Iran et représentant permanent auprès des Nations unies, Amir Saeed Iravani, a catégoriquement rejeté les allégations non fondées selon lesquelles Téhéran aurait transféré des drones à Moscou pour être utilisés dans la guerre en Ukraine.

« La République islamique d’Iran a adopté une position claire et cohérente sur la situation en Ukraine qui s’est prononcée dès le début du conflit », a-t-il déclaré.

La République islamique, a-t-il affirmé, a toujours souligné que tous les membres de l’ONU doivent respecter pleinement les principes inscrits dans la Charte des Nations unies ainsi que le droit international, notamment la souveraineté, l’indépendance, l’unité et l’intégrité territoriale.

En tant que pays qui a connu huit années de guerre et d’agression imposées, l’Iran a « constamment plaidé pour la paix et la fin immédiate du conflit en Ukraine », a déclaré le diplomate exhortant les parties belligérantes à faire preuve de retenue, éviter une escalade des tensions et s’engager dans un processus significatif pour régler les différends par des moyens pacifiques.

L’envoyé iranien a une fois de plus exprimé son soutien aux efforts en cours pour trouver une solution pacifique à ce conflit, notant que le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, avait établi à plusieurs reprises des contacts avec ses homologues des deux parties.

Iravani a déclaré qu’il était décevant que l’Occident ait lancé une campagne de désinformation contre l’Iran et qu’il fasse une interprétation trompeuse de la résolution 2231 du Conseil de sécurité pour tenter de la lier à tort à ses allégations sans fondement contre l’Iran.

« L’Iran a souligné que les questions entourant le conflit en cours en Ukraine sont totalement sans rapport avec la résolution 2231, tant sur le fond que sur la forme, notant que toute activité à cet égard ne relève pas du champ d’application de la résolution et du mandat du secrétariat », a-t-il rappelé.

Il a souligné que l’Iran est fermement convaincu qu’aucune de ses exportations d’armes, y compris des UAV, vers un pays quelconque ne viole la résolution 2231, affirmant : « La République islamique d’Iran poursuivra son engagement constructif pour aider à la résolution pacifique du conflit en Ukraine. »

Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont convoqué une réunion du Conseil de sécurité à huis clos à la suite des allégations de certains responsables ukrainiens concernant des drones présumés fournis par la République islamique à la Russie.

Lors d’une conversation téléphonique avec son homologue croate, Gordan Grlić Radman, mercredi 19 octobre, le ministre iranien des Affaires étrangères a une fois de plus démenti les allégations, appelant Kiev à fournir des preuves de l’existence de tels drones le cas échéant.

C’est dans ce contexte que l’ambassadeur adjoint de la Russie à l’ONU, Dmitry Polyanskiy, a déclaré hier, lors de la session du Conseil de sécurité de l’ONU, que les affirmations des États occidentaux ne sont que des théories du complot, avertissant que Moscou réévaluerait sa coopération avec le chef de l’ONU, Antonio Guterres, si l’organisme mondial menait une enquête sur les origines des drones.

« Aucune arme n’a été livrée par l’Iran à la Russie en violation à la résolution de 2231. Aucun drone iranien n’a également été livré à la Russie pour être utilisé dans le conflit avec l’Ukraine. Il ne faudrait pas sous-estimer la capacité des drones de la Russie et je vous assure que nous savons ce que nous devons faire et comment le faire. Si vous regardez bien les débris des drones qui sont sur le terrain, vous verrez que ce sont des drones fabriqués par la Russie et non pas un autre pays. Nous n’avons pas besoin d’autres drones », a-t-il expliqué.

Les revendications anti-iraniennes sont apparues pour la première fois en juillet par le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan. Ce dernier a allégué que Washington avait reçu des informations indiquant que la République islamique se préparait à fournir à la Russie plusieurs centaines de drones, y compris des drones de combat, sur un calendrier accéléré. Cependant, le Pentagone a déclaré mardi qu’il ne pouvait pas confirmer le transfert d’armes iraniennes à la Russie.

Source : Press TV 

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com