Spread the love

L’Arménie et l’Azerbaïdjan ont convenu de ne pas recourir à la force pour régler leur différend sur la région du Haut-Karabakh, à la suite d’une réunion tripartite organisée par la Russie dans la ville côtière de Sotchi.

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev et le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan ont annoncé l’accord lundi 31 octobre, à l’issue de pourparlers auxquels a également participé le président russe Vladimir Poutine.

« Nous avons convenu de nous abstenir de recourir à la force ou à la menace de force, de discuter et de résoudre toutes les questions problématiques uniquement sur la base de la reconnaissance mutuelle de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’inviolabilité des frontières », a rapporté l’agence de presse russe RIA Novosti, citant un communiqué conjoint de la réunion.

Les signataires de cet accord ont également souligné l’importance de créer une atmosphère positive entre la République d’Azerbaïdjan et la République d’Arménie pour poursuivre le dialogue et établir des contacts interparlementaires trilatéraux pour renforcer la confiance. Les présidents arménien et azerbaïdjanais ont également salué la volonté de la Russie de continuer à contribuer à la normalisation des relations entre les deux pays et à assurer la stabilité et la prospérité dans le Caucase du Sud.

L’accord est intervenu dans le contexte d’un différend bouillonnant et périodiquement meurtrier entre les deux anciennes républiques soviétiques sur le Haut-Karabakh, qui est internationalement reconnu comme faisant partie de l’Azerbaïdjan, mais a été peuplé d’Arméniens de souche.

Le mois dernier, les tensions latentes entre les voisins éloignés ont provoqué une nouvelle escalade dans la région, faisant près de 286 morts des deux côtés. Les affrontements ont eu lieu malgré les accords en 2020 et 2021 sur une solution pacifique et se sont terminés à la suite d’un cessez-le-feu négocié par les États-Unis, après des tentatives antérieures infructueuses de négocier une trêve.

Plus de 6 500 personnes ont été tuées au cours d’une guerre de six semaines entre les deux parties à l’automne 2020. La guerre s’est terminée par un accord négocié par la Russie qui a vu Erevan céder des pans de territoire qu’il contrôlait depuis plusieurs décennies.

Plus tôt ce mois-ci, les deux parties ont convenu qu’une mission civile de l’Union européenne devrait se rendre à la frontière pour évaluer la situation.

Moscou, qui a un pacte de défense avec l’Arménie et possède une base militaire dans le pays, a déployé des milliers de soldats de la paix dans la région après la guerre de 2020. Les ministres des Affaires étrangères des deux pays ont tenu leurs premiers entretiens après la guerre meurtrière dans la capitale géorgienne, Tbilissi, à la mi-juillet.

Hier lundi, le ministre arménien des Affaires étrangères Ararat Mirzoyan et son homologue azerbaïdjanais Jeyhun Bayramov « ont discuté d’un large éventail de questions liées à la normalisation des relations entre les deux pays », a déclaré le ministère arménien des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères a, pour sa part, déclaré que Bayramov a exigé « le retrait des forces armées arméniennes du territoire de l’Azerbaïdjan », faisant référence aux parties du Karabakh toujours sous le contrôle des séparatistes arméniens.

À l’issue de la réunion, le président Poutine a déclaré que les pourparlers trilatéraux entre les dirigeants de la Russie, de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan étaient utiles, mais qu’aucun accord n’avait été conclu dans leur tentative de lancer des négociations de paix.

« Aujourd’hui, nous nous sommes mis d’accord sur une déclaration commune. Honnêtement. Nous n’avons pas réussi à nous mettre d’accord sur tout. Nous avons dû retirer certaines choses du texte, qui avait été préparé à l’avance par des spécialistes. Néanmoins, je suis d’accord avec l’évaluation générale selon laquelle la réunion a été utile et elle prépare le terrain pour les prochaines étapes à franchir vers une solution au conflit en général », a déclaré le président russe, Vladimir Poutine, ajoutant que l’Arménie et l’Azerbaïdjan poursuivraient leurs efforts pour résoudre le conflit.

Source : Press TV

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com