Spread the love

Journée de la paix, de la réconciliation et du souvenir organisée par le ministère de la réconciliation nationale.

Le mardi 15 novembre 2022, le gouvernement ivoirien, à travers le ministère de la réconciliation nationale, a organisé une grande cérémonie à Duekoué pour célébrer la paix et la réconciliation.

Invité à cette cérémonie, le PPA-CI était représenté par une forte délégation conduite par le vice-président Gah Bernabé, lui-même représentant le professeur Hubert Oulaye, président exécutif du PPA-CI et président du groupe parlementaire du PPA-CI. La délégation était composée entre autres de l’honorable Youté, des CA Guité Gabin, Ninssemon, de la présidente de la ligue des femmes, etc..

Le pouvoir était fortement représenté par le premier ministre, les ministres de la réconciliation nationale, de la sécurité, le ministre gouverneur du district du Tonpki, mesdames les ministres de la fonction publique, de l’éducation nationale, de la solidarité et le ministre tchadien de la réconciliation comme invité d’honneur. Il faut également noter la présence des élus et cadres du rhdp du guémon et du Cavally.

Bien que invité à cette cérémonie, le PPA-CI a non seulement eu des difficultés pour obtenir trois places assises, mais n’a pas eu droit à la parole. Seuls certains ministres et élus du rhdp sont intervenus.

Toutes leurs interventions avaient pratiquement le même contenu. Selon eux, le président Ouattara a déjà fait sa part en matière de réconciliation en posant des actes forts : il a permis le retour des exilés, il a tendu la main aux présidents Gbagbo et Bédié, il favorisé le dialogue politique, etc..

Toujours selon eux, la réconciliation est désormais en marche, les événements vécus par le peuple Wê sont désormais derrières nous car le peuple Wê est engagé dans la voie de la réconciliation, de la paix et du pardon.

Le gouvernement et les cadres du rhdp font ainsi passer en pertes et profits le drame vécu par le peuple ivoirien et particulièrement par le peuple Wê durant les crises de 2002 et de 2010.

Il est clair et évident que la position du PPA-CI, de la grande majorité des ivoiriens et de la population Wê en particulier sont en parfait déphasage avec celle du pouvoir et de ses sbires du Guémon et du Cavally.
Nul n’ignore les massacres jusque là inexplicables subis par le peuple Wê au cours des différentes crises.

Le peuple Wê a vécu ce qu’aucun autre peuple n’a vécu en côte d’Ivoire durant ces événements. Au regard de la cruauté avec laquelle ils ont été perpétrés, au regard du nombre de personnes tuées et au regard du mode opératoire, le PPA-CI estime qu’il y a eu un génocide contre le peuple Wê.

Le gouvernement tente vainement de décréter la réconciliation et la paix. La paix et la réconciliation ne peuvent pourtant être décrétées. Elles se construisent méthodiquement dans la justice.

La paix et la réconciliation que le gouvernement tente d’imposer aux ivoiriens et au peuple Wê s’apparentent à l’histoire d’une personne qui frappe un enfant et qui lui demande de ne pas pleurer.

Comment peut-on aller à la réconciliation et à la paix véritable si aucune justice n’a jusqu’ici été rendue !
Comment peut-on réellement aller à la réconciliation et à la paix si plusieurs terres villageoises sont toujours illégalement occupées par des individus armés !

Comment peut-on aller à une réconciliation vraie et à la paix si des dozos et autres miliciens écument campements et hameaux dans les régions du Cavally et du guémon !

Comment peut-on sereinement aller à la réconciliation et à la paix si plusieurs ivoiriens sont toujours contraints à l’exil et que d’autres croupissent en prison ! Le PPA-CI, le peuple ivoirien et particulièrement le peuple Wê aspirent profondement à la paix et à la réconciliation. La présence du PPA-CI à cette cérémonie en est la preuve palpable, mais le PPA-CI estime que la justice est un préalable à une paix et à une réconciliation véritable.

C’est pourquoi, le PPA-CI estime qu’il est de la responsabilité première du gouvernement de rechercher et de punir les auteurs de ces crimes afin qu’ils ne se reproduisent plus au pays Wê et nulle part en Côte d’Ivoire.

Après une crise aussi rude que celle qu’a connu notre pays, crise qui a bouleversé les fondements de notre vie en communauté, le gouvernement doit apaiser les coeurs et restaurer par la justice la cohésion perdue entre les différentes couches de la population. Il est certain que malgré les apparences, les populations Wê demeurent meurtries et n’attendent que justice soit rendue.

La justice que réclame le peuple Wê, avec l’appui du PPA-CI, doit non seulement prendre en compte les conditions évoquées plus haut, mais également prendre en compte les trois thématiques que nous avons appelé les 3R, c’est-à-dire :
La Réhabilitation des infrastructures socio-économiques,
La Reconstruction

La Reconnaissance du génocide contre le peuple Wê.
C’est à ce prix que notre pays peut véritablement s’engager dans la voie d’une réconciliation vraie, d’une paix durable et d’une réelle cohésion sociale.

Autres sources

Leave A Reply

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com